Tour d'Europe 2004 (5433 km) acheter le livre

Première étape en Allemagne ; galère !

Gubin - Berlin photos de cette étape

le 21/07/2004

  • nombre de km prévus : 148
  • nombre km effectifs : 177
  • temps prévu : 6h15
  • temps effectif : 8h10
etape 23 001etape 23 003etape 23 005etape 23 009etape 23 013etape 23 015

Première étape en Allemagne ; galère !

 

Nous avons quitté notre hôtel à 7 heures ce matin. Une grosse étape nous attend, il ne faut pas traîner ! Il a plu cette nuit, et les nuages sont encore bien installés. Nous n’aurons eu que deux jours de soleil en Pologne (sur 7…). On se souvient alors de nos amies polonaises qui nous disaient « mais bien sûr, il fait toujours soleil chez nous »… Dès les premiers coups de pédale, je m’aperçois que le vent a tourné ! Alors qu’il nous avait bien aidé hier, il nous vient de pleine face aujourd’hui… La journée s’annonce mal ! Nous avons passé la frontière allemande à Frankfurt. Le douanier (eh oui, toujours les douanes…) nous reconnaît. « Je vous ait vu à la télé » !! Nous quittons donc la Pologne avec cette petite phrase sympa !!

L’arrivée en Allemagne est saluée par les éoliennes. Elles semblent être le signe distinctif entre les pays forts de l’Europe et les pays arrivants. Nous espérons en voir bientôt en Pologne, Slovaquie ou autres pays de l’est. L’Allemagne est le paradis pour les cyclistes. Nous avons fait quelques kilomètres sur des grands axes, et utilisés beaucoup d’axes secondaires. Dans tous les cas, les automobilistes et routiers sont très respectueux des cyclistes. Ils ne vous doublent que si personne n’arrive en face, ils respectent largement le périmètre de sécurité en doublant, ils font très attention lorsqu’ils traversent les pistes cyclables (très nombreuses et en très bon état)… Bref, on est loin des autres pays traversés, dont la France, qui a beaucoup à faire de ce côté-là ! C’est donc un plaisir de rouler sur ces routes, et de ne pas avoir à serrer les fesses lorsqu’on entend un automobiliste arriver !

Beaucoup moins drôle : le vent. C’est chouette de voir ces éoliennes tourner, mais il faut du vent pour cela ! Cette journée a vraiment été galère ! On a fait 177 kilomètres contre le vent ! La moyenne n’est donc pas la même qu’hier, puisqu’il nous a fallu 8h10 minutes ! J’ai fait les vingt derniers kilomètres sur une jambe ; mon tendon d’Achille droit s’est soudainement réveillé. Je ne pouvais plus appuyer sur la pédale… galère. Finalement j’arrive au camping de Caputh, au sud de Potsdam, à 18h, où Fabien a planté la tente. Il va me chercher de la glace pour le tendon. Merci Fab ! Il a rencontré un motard à Potsdam, alors qu’il était un peu perdu au milieu de tous ces panneaux. Sven (photo 10), allemand, lui a payé un café, le temps de lui expliquer où se trouve le camping et de parler entre motards. Il se prépare à faire un voyage en Estonie avec sa femme, en moto. Fabien lui explique notre Tour. Sven parle parfaitement français (c’est surprenant en Allemagne ; on a l’impression que la moitié des allemands parlent parfaitement français ; l’autre moitié ne parle ni anglais ni français…).

Voilà donc pour cette première journée en Allemagne, qui a été éprouvante (une de plus !). On espère que tout va rentrer dans l’ordre pour la suite. On a une journée de repos demain. Nous l’attendons avec impatiente ! Ca devient de plus en plus dur de se lever le matin, d’autant plus qu’on met le réveil à 5h30 maintenant (vu qu’on n’a plus que des grosses étapes). Les jambes sont lourdes, les paupières et la moto aussi ! On en profitera donc pour se réveiller un peu plus tard que d’habitude, et pour visiter Berlin (Sven a donné un petit tuyau à Fabien : le bus numéro 100 permet de visiter la capitale. Pour 3 euros, vous faites 2 heures de bus et voyez tout Berlin… on verra ça !). Il nous faut aussi faire une petite révision de la moto. Une vidange s’impose, et il faudrait qu’on change une des pièces qui tient la valise droite. Fabien galère tous les jours avec cette fichue valise qui n’arrête pas de se décrocher (au moins 10 fois par jours !). On a allégé un peu ses bagages hier. On a fait partir 7 kilos en France par la poste. Mais ça ne se voit presque pas ! C’est dingue tout ce qu’on peut mettre sur une moto ! Le problème est que plus on en met, et plus il est difficile de la manœuvrer.

Nous avons toute l’Allemagne à traverser (photo 11). Nous pensons faire cela en deux jours… Tout dépend de ce tendon droit et du vent. On espère que ces deux paramètres nous seront favorables ! Nous sommes entrés dans la partie la plus difficile du Tour. Il nous reste 2000 kilomètres à faire, en 9 étapes. Ca fait donc plus de 200 kilomètres par jour en moyenne à effectuer… Aïe aïe aïe !! Nous sommes attendus à Bruxelles pour une collecte de sang. Nous devons donc y être à temps. Au pire, si les jambes ne tournent pas trop bien, on peut couper à travers en évitant Amsterdam. On trouve toujours une solution chez les voyageurs !!

Depuis le départ, nous avons parcouru 3728 kilomètres, en 151h35 minutes.