Balkans - Carpates 2007 (4054 km)

Trois allemands à vélo

Cascade de Balea - Agnita photos de cette étape

le 11/08/2007

  • nombre de km prévus : 85
  • nombre km effectifs : 155
  • temps prévu : 6h00
  • temps effectif : 7h50
DSC01942DSC01946DSC01953DSC01960DSC01969DSC01970DSC01982DSC01983

Trois allemands à vélo

Je redecends ce que j'ai monté hier et file vers Sibiu. Cette ville a été nommée capitale européenne de la culture en 2007, et on y trouve beaucoup de concerts ou autres groupes folkloriques. Je flane un moment dans les rues de cette belle ville jusqu'à rencontrer une groupe de 3 allemands à vélo. Nous avons le même itinéraire alors nous roulons ensemble.

Ce sont des fous furieux ! Ils font peu de kilomètres par jours car ont beaucoup d'arrêt, mais ils les font rapidement ! C'est a un rythme effréné que je les suis. Esther et Gregor voulaient prendre un petite route. Wermer et moi une plus grande. Nous avons gain de cause. Pour satisfaire tout le monde, nous bifurquons à Altina dans une petite route. Elle s'avère très agréable jusqu'à un peit village de gitans. Village très pauvre ou les maisons sont habillées de leur plus simple apparat. Quatre murs et un toit. Alors que je me retourne pour prendre une photo, un gitan me fait signe. Nous sommes quatre, je suis plus rassuré, je m'approche. Tyran parle parfaitement anglais alors nous discutons quelques minutes. Il m'explique que le chapeau qu'il porte, tous les hommmes le portent ici, alors que les femmes sont habillées en rouge, comme sa mère et sa femme. Il ne travaille pas. Il est trop loin de la ville et il n'y a pas de bus pour le conduire. Et ici il aide parfois le plus riche des habitants (qui possède 14 vaches), mais pour gagner une misère.

il nous déconseille de poursuivre la route, car elle disparait dans des chemins. Nous continuons tout de même, pour satisfaire Esther. La boue a remplacé le chemin, le parcours s'avère bien difficle. La boue colle aux roues, nous devons pousser. Les flaques d'eau remplissent le chemin, nous devons les esquiver ou nous y lancer à corps perdu.

C'est ainsi que nous arrivons à Agnita. Après une bière bien méritée nous décidons de poursuivre jusqu'à des lacs situés à 15km de là. Nous roulons alors à plus de 30 km/h dans cette plaine. Mes trois allemands vont m'achever ! Nous y arrivons avant la nuit, et avons juste le temps de planter la tente que l'orage éclate, encore. Eux n'ont pas de tente, juste une bache plastique... J'invite Wermer dans ma tente, alors que ses compagnons attendrons 3h00 du matin pour dormir, heure à laquelle la pluie cesse de tomber.