Tour d'Europe 2004 (5433 km) acheter le livre

C'est tellement mieux avec le soleil

Amsterdam - Bruxelles photos de cette étape

le 27/07/2004

  • nombre de km prévus : 266
  • nombre km effectifs : 224
  • temps prévu : 11h30
  • temps effectif : 9h20
DSC01611DSC01615DSC01618DSC01623DSC01624DSC01630DSC01631DSC01635DSC01638

C'est tellement mieux avec le soleil

Hier a été consacré à la visite de la capitale hollandaise : Amsterdam. Nous avons eu peur de ne pas pouvoir y aller à cause du temps. La pluie est tombée jusqu’à 9 heures du matin, avant de laisser la place à un beau soleil… Ouf !! Nous y avons alors passé l’après-midi.

Cette ville est très… particulière ! D’un point de vue architectural, elle ressemble un peu à Venise, en beaucoup plus beau. Des canaux coupent la ville dans sa longueur. Contrairement à Venise, les maisons sont très bien entretenues et très mignonnes, en brique la plupart du temps. Il y a deux centres. Le vieux Amsterdam, très calme, et le centre ville, où se trouvent tous les coffee shop et sex-shops. D’un point de vue culturel donc, Amsterdam est unique. Vous croisez des gens avec le sourire jusqu’aux oreilles et les yeux rouges. Une odeur d’encens remplie des rues. De l’encens dites vous ? Non ! Cette odeur vient tout droit des coffee shop, où vous pouvez fumer et acheter votre cannabis made in Nederlands. Plus de 200 coffee shop ont fleuris en Hollande. Les gens y font leur commerce librement et payent leurs impôts comme des honnêtes citoyens. La Hollande, et spécialement Amsterdam, se démarque par son côté « rebelle ». Nous avons l’impression qu’il s’agit d’une ville hors la loi, avec des vendeurs de drogues et de sexe à tous les coins de rue. Et pourtant, tout ceci est légal et extrêmement contrôlé. On est dans un autre monde. Mais ce monde, à première vue idyllique, n’est pas forcément un exemple à suivre. Ici, le cannabis est considéré comme une drogue au même titre que l’alcool et le tabac : il peut rapporter des sous à l’Etat et n’est pas considéré comme une drogue dure comme en France. Mais le fait d’avoir légalisé ce produit, qui reste une drogue douce, avec ses côtés négatifs, mais également ses côtés très positifs (anti-dépresseur, antalgique, anti-stress…), a ouvert la porte à des choses plus graves. Des personnes viennent vous voir et vous proposer de la cocaïne, comme ça, en pleine rue ; d’autres s’échangent des liasses de billets contre une valises suspecte… L’Etat ne semble plus maîtriser sa « générosité » et son laxisme, et Amsterdam devient ainsi une ville à deux visages : celui des touristes venus des quatre coins du monde pour fumer des pétards, insouciants et cool ; celui des dealers de drogues durs, dangereux et impitoyables.

D’un point de vue culturel toujours, Amsterdam compte un nombre impressionnant de sex-shops et de prostituées. Le quartier rouge est composé de vitrines où les prostituées s’exposent, en attendant les clients passants. Là encore, l’atmosphère y est très particulière, vous vous en doutez. Et là encore, il doit se passer des choses complètement illégales et crapuleuses. Ce quartier doit son nom aux lanternes rouges qui montrent la présence d’une prostituée. Par contre on ne sait pas si quand c’est allumé c’est libre ou pas !

Nous avons donc passé l’après-midi dans cette ville. De nombreux musées sont à visiter. Celui du cannabis, bien sûr, mais également celui de la navigation (le plus grand d’Europe). Sur la place de Dam (photo5), vous pouvez voir le palais royal, imposant. La gare est gigantesque et ressemble à un palais. Le mieux est de louer un vélo sur place, pour la demi journée, la journée ou plusieurs jours. Cela permet de vous déplacer, comme tout le monde ! C’est dingue le nombre de vélos qu’il y a dans cette ville ! En sortant de la gare, on voit à notre droite un énorme parking à vélo, qui s’étend sur trois étages… Impressionnant ! Attention en traversant les voies ! Il faut traverser une première piste cyclable, puis une voie pour voiture, puis deux voies de Tramway, puis une autre voie pour voitures et enfin une dernière piste cyclable… le tout sans se faire écraser ! Cette ville est faite pour les cyclistes. Il est vraiment conseillé de ne pas y aller en voiture. Par contre en moto ça passe ; ça se gare facilement.

Après cette journée de repos, retour à la réalité ! Ce matin, debout à 5h, départ à 6. On continue le régime que les longues étapes nous imposent depuis plus d’une semaine. La brume n’est pas encore dissipée quand je monte sur mon bolide. Il n’y a pas de vent… bizarre. Cette atmosphère matinale est sublime, remplie d’émotions. Le bruit des rayons fouettant l’air frais me bercent et me permettent de finir ma nuit en douceur. Un nuage de brume vient recouvrir les fermes et les animaux. Les chevaux et les vaches apparaissent et disparaissent dans ce rideau de vapeur. Devant moi, le soleil rouge annonce une belle journée.

Nous avions prévu 270 kms entre Amsterdam et Bruxelles. Mais comme nous étions arrêté vers Utrecht, au sud de la capitale, la journée s’annonçait plus cool. Les premiers 100 kilomètres se sont donc fait assez cool. On profite du soleil et de cette grande plaine. Aujourd’hui encore, pas un petit relief pour se dégourdir les jambes. De son côté, Fabien quitte le camping à 9 heures. J’ai déjà fait 70 kilomètres. Il décide alors de prendre l’autoroute (les autoroutes sont gratuites en Hollande) pour me rejoindre plus vite. Malheureusement il confond deux noms de ville très proches… et se retrouve à 50 kilomètres à l’est de la bonne route ! Et m…… Il a donc dû faire demi-tour. C’est lui qui avait la carte photocopiée aujourd’hui. Les petites routes ne sont pas très visibles. Il doit donc s’arrêter très souvent pour se repérer. De mon côté, je pédale, je pédale. Mais je me trompe aussi de route, alors que Fabien doit être sur le point de me retrouver. Gros coup de speed à 35 km/h pour regagner la bonne route, en espérant que Fabien ne m’ait pas doublé entre temps (on avait un petit problème de portable aujourd’hui, je ne pouvais pas le contacter car je n’avais plus de batteries…). Finalement, on se retrouve à 190 kilomètres du départ et 25 kilomètres de l’arrivée ! Il était temps !

Le vice président du Rotary Club de Bruxelles Europe nous rejoint sur la route à 18h. Après 224 kms et 9h20 de vélo, la journée est terminée. De mon côté ça va plutôt bien. Je n’ai pas trop forcé aujourd’hui, avec une moyenne de 24 km/h. Fabien a plus galéré. En plus la moto a l’air d’avoir un gros problème au niveau du petit pignon d’entraînement de la chaîne. Il faut absolument que nous la réparions demain, pendant notre jour de repos, qui est en soit très chargé. Une collecte de sang est organisée pour notre passage. Une radio va nous réveiller à 8 heures pour faire une petite interview en direct, ensuite nous avons une conférence de presse à midi. La collecte dure toute la journée. Nous avons rencontré Olivier Bertrand, du service du sang. Il s’est occupé de l’organisation de la collecte et de la presse. Il nous explique que son objectif est que, d’ici une dizaine d’année, les donneurs n’aient besoin de faire qu’un seul don par an. Cela nécessite donc de trouver un grand nombre de donneurs supplémentaires. Cette opération «Les Voyageurs au Grand Cœur à Bruxelles» pourrait contribuer, nous l’espérons, à recruter de nouveaux donneurs.

Nous avons dîné chez un membre du Rotary. Echange des fanions des deux Clubs. Celui de Bruxelles se veut européen. L’Europe… Nous réalisons tout doucement avec Fabien que notre voyage se termine. Les gens autour de nous parlent français (pas partout en réalité, puisque la Belgique connaît un gros problème linguistique, avec d’un côté les Flamants, qui ne parlent pas français, et de l’autre la Wallonie, francophone. Il existe également une autre communauté à l’est, germanique celle là… !), les automobilistes roulent vite et ne font pas trop attention aux cyclistes, les pistes cyclables sont de moins bonne qualité qu’en Hollande… Pas de doute, on se rapproche de la France ! La Hollande est vraiment un paradis pour les cyclistes. La Belgique compte de nombreuses pistes cyclables, c’est vrai. Mais elles ne sont pas en très bon état (j’ai souvent dû rouler sur la route pour éviter les secousses très désagréables) et le vélo n’est pas prioritaire comme en Hollande. Ca permet de nous remettre dans le bain de notre très cher pays, que nous retrouvons… après demain !

Nous nous retrouverons donc la prochaine fois en direct de la France… déjà ! Ce voyage est passé extrêmement vite ; c’est dingue d’avoir effectué tout ce parcours en si peu de temps ! Nous avons rempli tous nos objectifs. Il y a 8 mois, on se disait que nous serions à Bruxelles le 27 août 2004, nous y sommes arrivé. Cela est une performance en soi. Avoir réussi à boucler les étapes comme nous l’avions prévu, malgré les galères, la fatigue et les longues étapes. Maintenant il nous faut revenir en France, à Clermont-Ferrand. Quatre jours devraient être suffisants. A priori rien n’a été fait pour notre arrivée… Bien sûr, en faisant plus de 200 kms par jour, vous comprendrez qu’on n’a pas eu le temps de s’en occuper. Alors on vous donne rendez-vous dimanche soir, vers 19 heures, à la place de la victoire, prêt de la cathédrale. Bien sûr, ceux qui veulent nous rejoindre sur la route sont les bienvenus ! Sortez les vélos et les motos, on vous attend. A très bientôt.

Depuis le départ, nous avons parcouru 4477 kilomètres, en 173h00 minutes.


Visiter Amsterdam