De l'Auvergne à la Nouvelle-Zélande 2010 (18000 km)

Nos meilleurs voeux depuis l'Inde.

Chennai photos de cette étape

le 23/12/2010

IMG_1106IMG_1108IMG_1110IMG_1113IMG_1114IMG_1115IMG_1116IMG_1117IMG_1125

Nos meilleurs voeux depuis l'Inde.


Cette fois ça marche, vous pouvez nous écouter en utilisant le lecteur à droite de l'image et voir la carte de notre trajet en bas de page.

Il y a moins de 4 heures d'avion entre Dubai et l'Inde, et pourtant un monde sépare ces deux pays. Le premier vit selon ses désirs et développe un monde artificiel, propre et clinquant ; le deuxième est confronté à une réalité impitoyable, qui fait de lui le pays le plus peuplé du monde, qui fait naître et mourir des millions d'êtres humains dans la misère.

Ce sont les moustiques qui nous accueillent dès notre arrivée à l'aéroport. Puis les klaxons des voitures, rickshaw et des motos, qui nous doublent par la droite (puisque nous roulons à gauche) par milliers. Si la route qui nous permet de quitter l'aéroport est relativement calme, elle nous conduit peu à peu dans les veines de la ville d'où nous sentons rapidement le pouls. Ca bouillonne, ça cri, ça fume, ça pu. Un flux continu d'indiens bouge sans sembler s'arrêter. Il n'y a pas de repos, partout autour de nous les gens s'agitent, parlent, crient, conduisent. Si l'impression est telle, ce n'est pas parce que les indiens sont des hyper actifs, mais bien parce qu'ils sont nombreux, et que la ville est trop étroite pour n'offrir aucun espace de tranquillité.

Un peu hagards et fatigués par les deux jours de transit depuis Bandar Abbas, nous nous dirigeons selon les indications des policiers jusqu'à l'adresse de notre hôte, Rane, un autre couch surfeur. Finalement, nous y parvenons rapidement et avec grande satisfaction. L'Inde n'est pas pire que ce que nous pensions. Certes la circulation est dense mais finalement pas si mal ordonnée. Les indiens sont partout mais ils ont un but et s'y fixent (à la différence des iraniens qui nous doublaient plusieurs fois pour passer le temps), et du coup ils nous laissent tranquilles. Etrangers peu camouflables, nous arpentons les routes et rues de la ville en toute sérénité, faisant connaissance avec les bruits et les odeurs de ce pays qui nous abritera pendant les trois prochains mois. Les odeurs justement, parlons en. A nos narines parviennent des effluves d'encens, de parfum féminin (rarement), de poisson avarié, d'excréments humains et de poubelles périmées! Dans ce cocktail assez particulier, il nous est difficile de percevoir la pollution. Maigre consolation.

L'Inde sent, l'Inde hurle, et l'Inde est colorée. Les femmes affichent de magnifiques saris dévoilant un côté de leur ventre. Les temples hindous quoique discrets offrent un panel de couleurs vives et variées, les visages enfin, percés de yeux ronds et noirs et d'un rouge au milieu, ont la peau basanée qui nous fait dire que nous avons fait un bond en avant dans notre voyage.

L'avion a ça de terrible, il vous transporte d'un monde à l'autre sans aucune transition ni préparation.

C'est de là que nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d'année. Les nôtres se feront malgré tout en famille. Mes parents arrivent lundi avec dans leurs valises tout le terroir de notre région auvergnate que nous savourerons avec un plaisir inhabituel ! Nous reprendrons les vélos autour du 15 janvier, avec nous l'espérons une petite visite d'hôpital de Chennai pour voir comment se déroule le don du sang en Inde.

Marion et Julien

Laissez vos commentaires ou posez vos questions sur notre fan page facebook


Ci-dessous la carte avec notre itinéraire jusqu'ici, plus ou moins détaillé. Vous avez été nombreux à nous la demander et nous n'avions pas pris le temps jusqu'ici de la faire. Nous tenterons désormais d'être plus régulier dans notre mise à jour ! (Vous pouvez l'agrandir pour la voir plus en détail et la faire glisser tout tout voir.)

 

Laissez vos commentaires ou posez vos questions sur notre fan page facebook


 





Afficher Eurasie a vélo sur une carte plus grande


Circuit Inde



Le livre

Que vous soyez cyclotouriste, voyageur ou sédentaire ouvert sur le monde, il y a mille et une raisons de vous réjouir de la lecture de ces Nouvelles Vagabondes.
Après plusieurs voyages en solitaire, Julien Leblay nous livre cette fois-ci le récit de son périple avec sa compagne Marion. Ne voulant se contenter de décrire le quotidien de leur voyage, il s’engage et se place résolument loin des clichés pour nous livrer avec sincérité ses impressions, que ce soit sur la vie du couple en voyage, ses préoccupations écologiques ou sur les traits culturels ou sociologiques des pays traversés.
Ce livre ne laisse pas indifférent et bouscule nos représentations exotiques du monde ; à sa lecture on découvre, on s’indigne et on s’émerveille tour à tour. Dans un style à la fois personnel et documenté, il nous offre une immersion complète, sans langue de bois, dans son voyage à vélo en couple. Il réussit finalement le pari de dresser un tableau contrasté et nuancé de cette longue aventure cyclotouriste qui ne sera probablement pas la dernière !

Cécile R.

352 pages dont 16 en couleur
Prix de vente : 20 euros

Disponible sur http://goodaventure.com

Le DVD

Julien et Marion Leblay quittent l'Auvergne en juillet 2010 pour une aventure de 22.000 kilomètres à vélo. Portés par le désir de découvertes et de rencontres, mais aussi par celui de promouvoir le don du sang, ils traversent l'ex-Yougoslavie, la Turquie, l'Iran, l'Inde, l'Asie du Sud-Est et l'Australie pour finalement arriver en Nouvelle-Zélande vingt mois plus tard.
Savoureusement pimenté, ce voyage donne le "goût d'aventure" !

Durée : 84 minutes.
Prix de vente : 15 euros

Disponible sur http://goodaventure.com
Visualisez la bande annonce