Balkans - Carpates 2007 (4054 km)

Montagne et orage titanesques.

Brasov - Cascade de Balea photos de cette étape

le 10/08/2007

  • nombre de km prévus : 112
  • nombre km effectifs : 160
  • temps prévu : 7h00
  • temps effectif : 9h10
DSC01815DSC01817DSC01823DSC01827DSC01830DSC01847DSC01862DSC01863DSC01867

Montagne et orage titanesques.

L'air est humide au départ. Marian me dit que lorsque c'est comme cela, en général il fait très beau dans la journée. Je ne le vois pas comme ca, mais bon, soit. Quelques minutes plus tard l'orage éclate. La pluie me suivra toute la matinée.

Je fais un petit détour au château de Bran, celui rendu célèbre par Dracula. Ensuite je m'enfonce dans une campagne très champetre, de toute beauté. La Roumanie profonde comme on pourrait dire, qui me fait penser à la Slovénie par son vert, ses petites routes, ses petits villages et ses tas de foin.

Après Sinca, je découvre les joies des routes roumaines. Entre nids de poules et nids de cigognes je slalome sur de nobreux kilomètres dans une vaste plaine. A ma gauche une énorme montagne, la plus haute de Roumanie. Elle sert de frontière entre le sud de la Roumanie dont j'ai oublié le nom et le nord, la Transylvanie.

Marian m'a conseillé de grimper la route qui la traverse pour aller dormir en altitude. Après 142 km, je commence l'ascension de la route la plus difficile de Roumanie. Le spectacle est grandiose. Cette montagne est titanesque, a couper le souffle. Mais les km augmentent et la fatigue se fait sentir. C'est après la cascade de Balea, après 18km d'ascension, a la jonction d'une vallée en V et d'un cirque glaciaire immense que je dormirai. Enfin, je planterai ma tente dnas un premier temps. L'orage éclate à 21h00. Il se terminera à 3h00 du matin. Il a été d'une force incroyable. Ma tente est inondée et j'ai eu terriblement peur. Peur que ma tente ne résiste ni au vent ni à la pluie cinglante. Peur aussi que la foudre me frappe, misérable cycliste tremblant sous sa tente à près de 2000 mètres d'altitude. Ce fut la nuit la plus terrible que je n'ai jamais eu. Que l'on se sent petit lorsque la nature se déchaine...