Ouest balkans 2006 (5300 km) acheter le livre

La Bosnie Herzégovine me fait peur...

Mostar photos de cette étape

le 25/07/2006

  • nombre de km prévus : 115
  • nombre km effectifs : 115
  • temps prévu : 6h00
  • temps effectif : 6h00
DSC07790DSC07792DSC07795DSC07796DSC07797DSC07799DSC07812DSC07815

La Bosnie Herzégovine me fait peur...

Je suis arrive une journee en avance a Mostar. Je decide alor d'aller faire un tour aux cascades de Kravica (Vodopad Kravica), sur la riviere Trebizat. Sur la route, je traverse le petit villag de Medugorje. Sur ma carte, un simple village. Mais sur place... Ce sont de nombreux commerces qui m'accueillent a la drote de la route. Pourquoi tant de business ici, en rase campagne ? En regardant de plus pres, j'y vois plein de status a l'efigie d'une dame bien connue de tous : la Vierge marie. Me voila danas le Lourdes Bosnien ! Voyant mon velo, un homme m'interpelle.
- D'ou viens tu ?
- De France
- Ah ! Je viens d'Allemagne !
- A velo aussi ?
- Comment ? Tu es venu a velo jusqu'ici ?
- ...

J'en profite pour lui demander ce qu'il se passe ici. Il me regarde alors avec de grands yuex emerveilles et m'explique. Ici, cahque jour, trois bosniens voient la vierge Marie leur parler. Cela fait plus de 20 ans que ca dure. Eh bien, ils doivent en avoir des choses a se dire ! Alors depuis, ici sont celebrees des messes en toutes langues (allemand, polonais, italien, anglais...) pour tous les chretiens qui esperent, eux aussi, voir la Vierge Marie. Etant athee tres pratiquant, je ne crois pas en toutes ces sornettes. Ma version est la suivante. Nous sommes dans la region de Bosnie ou se produit le meilleur vin. Ces trois jeunes gens ont tout simplement un peu abuse de la bouteille et ont vu la vierge comme moi je pourrai voir un arbre traverser la route apres plusieurs pivo. En tous les cas ils ont reussi a allier une passion (l'alcool) avec une activite economique florissante (le tourisme religieux). Et pourtant, on dit que alcool t foi ne font pas bon menage... Il y a des exceptions !

Alors, pour vendre mon livre, je vais vous dire que moi aussi j'ai vu la vierge. Si si, je vous promet. Et a jeun en plus ! J'etais sur mon Cezallier en train de pedaler entre monts et collines. Et puis elle m'est apparue et m'a lance un metres clair :
- Vas voir a Medugorge si j'y suis !
Alors me voila ici. Eh bien ma foi, je la vois, la Vierge. Impossible de la louper, elle est partout, etalee dans les vitrines des dizaines de "Vierge mary's shop". En status (petite, moyenne, grande taille, ceramique, bronze, argent ou or), en tasse (cafe the ou chocolat ?), en blanc, bleum jaune ou noir, en medaillons, bracelets, plateau a fromage ou assiettes. En carte postale pour nos amis les plus chers, en aimant pour notre frigo. En styol, porte clefs, fiole pour parfum, casquettes et tee-shirt (grands classiques), coffrets pour bijoux, parapluie ou cannes (car on ne fait pas de miracles ici)... Bref, en tout et n'importe quoi. Le rpincipal etant de faire du chiffre, sur le dos de la naivete de ces pauvres chretiens. Ce genre d'endroit m'attriste. L'Eglise s'est toujours enrichie sur le dos des pauvres gens, a l'image de ces cures rendus gras par l'oisivete et la paresse. Ici, soi disant trois illumines ont vu la vierge. Depuis des dizaines de commerces vident les poches des chretiens. Sans compter les agences de voyages qui organisent les excursions de touristes venant du monde entier.

Je quitte ce lieu de desolation spirituelle pour un esprit comme le miens, pour un lieu auquel je m'accomoderait bien mieux, les cascades de Kravica ! Apres m'etre perdu dans les petites routes, j'y arrive enfin. Magnifique. Les lacs de Plitviska (en Croatie, que je revisiterai dans quelques jours), en miniature. A cet endroit, la riviere est brutalement coupee par un effondrement de terrain. Une chute de plus de 20 metres de haut. L'eau arrive en plusieurs cascades dans une petite cuvette naturelle. La temperature de l'eau est agreabale, on peut s'y baigner. Un petit coin paisible car peu connu et mal indique (bien moins que Medigorge). J'y resterai deux heures avant de repartir pour Mostar. Les nuages tapissent enfin le ciel. il fait frais. La route est mouillee, je paapres l'orage.

Les 40 kilometres qui me separent de Mostar me fait prendre conscience de la dangerosite de ce pays. Les gens me doublent n'importe comment et ne semblent pas etre content de ma presence ici. Je me fais le plus petit possible sur cette petite route. Je passe mon temps a regarder dans mon retroviseur. Les voitures arrivent vite, tres vite. En face aussi. Il va ralentir. Noon, pensez vous, faut que ca passe comme ca ! C'est passe. Ouf ! Voiture suivante, meme refrain. Plus loin, personne en face. Une voiture arrive derriere moi a pleine vitesse. La demoiselle au volant ne va pas faire l'effort de se deporter sur la gauche alors qu'elle a un boulevard. Elle me double en me frolant et ne me klaxonnant. La, c'est une auto ecole qui fait de meme. Je comprnds mieux. Si c'est comme ca qu'on leur apprend a conduire... Et lui, c'est un jeune homme qui me coupe la route. Je freine des 4 patins. C'est de ma faute, je ne suis qu'un cycliste. Et dans ce pays, il n'y a pas de cyclistes. Ont ils deja ete tous tues ou ne sont ils pas assez courageux pour se lancer sur ces routes de la mort ? Les bosniens n'ont pas l'habitude de cohabiter avec les cyclos. Soit. Alors posons le velo et observons. Ce motard roule en rase campagne a vive allure sur une moto sportive. Son passager n'a pas de casque... Cette femme sur la place du passager porte sur ses genoux sa petite fille a peine agee de 10 ans. C'est dommage, elle est pourtant tres mignonne. Elle n'aura peut etre pas la chance de pouvoir passer le permis de conduir... Un autre deboule de la station service juste devant une voiture. Crissements de pneus. Cette fois-ci c'est passe. Et la prochaine fois ?

Les bosniens que je vois la ne respectent rien, a l'image de ces ralentisseurs en resine, demontes par les automobilistes. POurquoi ralentir dans une zone limitee a 40 ? Vite vite, se suicider ou tuer son prochain. Vite vite, donne moi les clefs. Et toi cycliste, degage de mon chemin, t'as rien a faire la ! Je pensais que dans ce pays ils avaient assez vu la mort pour ne plus en entendre parler. Mais la mort se lit sur toutes les routes, avec ces plaques commemoratives et ces bouquets de fleurs. Ils avaient 23 ans, 69 ans, 17 ans ou 5 ans. Ils sont morts en 1987, 2003, 1998 ou 2005. Mais alors, ceux la ne sont pas morts de laguerre ? Non, ils sont morts de leur irresponsabilite et incivilite, ou de celles de leus concitoyens. Ce pays est en ruine. Il a perdu des dizaines de milliers de personnes durant la guerre. Et aujourd'hui il continue le massacre en ne respectant aucune regle de conduite, en ne respectant ni ses amis ni ses enfants ni personne.

Beaucoup de personnes me demandent avant mes voyages si je n'ai pas peur. Je reponds toujours que non. Pourquoi avoir peur ? Avoir peur de quoi ? Maias cette fois-ci, je reponds que oui. Oui, j'ai peur. Les bosniens me font peur car ce sont des personnes dangereuses. Ils ont l'enorme pouvoir de decider de ma vie ou de ma mort et n'ont pas conscience de ma vulnerabilite, ni de la leur d'ailleurs. Peu de voitures ralentissent, beaucoup me forlent en klaxonnant. J'ai peur, ces gens me font peur. Je n'ai qu'une envie maintenant, quitter ce pays. Alors termine pour moi les grands gestes amicaux aux papis assis dans les cafes. Termines les sourires aux enfants jouant dans la cour et me regardant avec des grands yeux. J'ai le profile bas. Je me concentre sur la route et mon retroviseur. Mes mains se crispent sur mon guidon, retenant a la fois de la haine et de le tristesse envers ce peuple que l'on devrait pourtant aimer, apres toutes les souffrances qu'il a endure. Mais la c'est moi qui souffre et je ne les aime pas pour cela.

Vous pouvez croire que j'exagere. Alors lisez simplement le recit d'etape que Berengere a ecrit dans le forun lorsqu'elle m'a quitte a Pozega, en Croatie. Et chaque fois qu'elle m'envoie un mail ou SMS, elle me dit qu'elle a encore manque de se faire reduir en miette par des bosniens. Dans une de nos discussions, Celine me disait qu'elle souhaiterait que la Commission Europeenne fasse une exception pour la Bosnie et l'integre a l'Union Europeenne, meme si ce pays n'a pas encore les criteres economiques suffisants. Mon avis est completement osspose au siens. Je ne veux pas de ces gens la dans l'UE.Car l'UE c'est aussi avoir les meme valeurs, et notemment celles du respect de soi et des autres. Et de ce point de vue la , les bosniens sont a des annees lumieres de nous. Et je n'ai pas envie de me faire tuer par un bosnien sur les routes de France. Nous avons assez de nos mauvais conducteurs pour ne pas avoir a en rajouter des pires. Que les bosniens soient plus respectueux et alors apres, pourquoi pas... Et dans ce cas ne me parlez pas de croates, de serbes, de musulmans chretiens ou orthodoxes. Aucune difference. Pour moi, sur la route, un bosnien est un bosnien, c'est a dire un potentiel assassin.

Alors je ne conseillerai a personne de venir en Bosnie, a velo ou en voiture. C'est bien la premiere fois que j'ai ce discours, qui peut paraitre tres violent. Berengere doit me retrouver demain a Mostar et roulera maintenant avec moi pour la plupart des etapes en Bosnie. Si elle ne m'accompagnerait pas, j'aurai tourne les talons en direction de la Croatie. Pourquoi rester dans un pys ou on est si mal accueilli ? Je n'ai pas de plaisir a pedaler ici. Je ne vois rien de la Bosnie car mon esprit est occupe par des preoccupations vitales, de l'ordre de la survie. Maisa j'espere que Berengere me donnera de l'energie et saura me faire partager l'amour qu'elle a pour ce pays. J'ai encore une semaine pour changer d'avis, sait on jamais...

Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Ballade cyclobalkanique, 5300 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2007.

Prix public : 15 euros.
couverture_balkans.jpg