Nouvelle-Zélande 2005 (2750 km) acheter le livre

Collecte de sang en Nouvelle-Zélande

Tauranga - Rotorua photos de cette étape

le 08/09/2005

  • nombre de km prévus : 71
  • nombre km effectifs : 72
  • temps prévu : 3h30
  • temps effectif : 4h30
Picture 113Picture 114Picture 119Picture 121Picture 122Picture 123Picture 126

Collecte de sang en Nouvelle-Zélande

Bonjour à tous !
J'ai passé une superbe journée de repos à Tauranga, encadré par toute une pléiade d'infirmités pas très très sympathiques. Cette journée a été partagée entre la collecte de sang, la médiatisation du tour et la visite de Tauranga. J'ai effectué une interview pour les radios News Talk ZB et 95 BOP, ainsi qu'une autre interview pour un journal local (Bay Times).

L'interview radio était très sympa. C'était ma première en anglais ! Rien de tel pour progresser ! L'animatrice avait l'air satisfaite, à croire que mon anglais n'est pas trop mauvais ! Cela fait un total de trois reportages pour Tauranga, ce qui est très positif. C'est super motivant de voir que les journalistes sont présents pour cette aventure, cela apporte une grande communication pour le don du sang dans ce pays. Pourvu qu'çà dure !

De retour au centre de don du sang, j'ai passé pas mal de temps à rencontrer les donneurs de sang. Ces rencontres sont toujours très sympathiques. On parle vélo, Nouvelle Zélande, don du sang, France... C'est assez marrant de voir que dès que je dis que je viens de France, les personnes en face de moi me sortent quelques mots de français :
- Bonjour monsieur, comment ça va ?
Beaucoup de Kiwis parlent un peu français, et quelques uns sont également venus en France, du fait de la proximité de notre pays avec l'Angleterre. L'image qu'ont les kiwis de la France est assez amusante. En général, les trois éléments qui représentent notre pays sont : la baguette de pain, les grenouilles (mangeurs de grenouilles) et les escargots (mangeurs d'escargots aussi) ! Je leur explique alors que je n'ai jamais mangé de grenouille de ma vie, et seulement quelques fois des escargots, mais cela fait trop longtemps pour que je me souvienne du goût... Bref, j'ai passé comme ça une bonne partie de la matinée, à discuter avec ces kiwis venus donner leur sang. Il y en aura eu au total 59 dans la journée. Bonne journée pour Tauranga.

L'après-midi, j'ai grimpé au sommet du Mont Maunganoui, le volcan qui symbolise Tauranga, et qui se situe dans l'océan, juste relié à la Nouvelle Zélande par un petit cordon de terre. Une petite marche à pied qui m'a rappelé le sentier des muletiers pour grimper en haut du Puy-de-Dôme, avec la mer en plus comme vue ! Au sommet, un Trig. Cette pyramide noire et blanche que l'on trouve sur tous les sommets de Nouvelle Zélande, petits ou plus grands. Ils permettaient autrefois de s'orienter, de se repérer dans les grandeurs néo zélandaises. La vue sur Tauranga est superbe, le soleil aidant. Le contraste est assez saisissant entre les deux plages opposées. A votre droite, vous avez le port, très industriel, de Tauranga. A votre gauche, les plages magnifiques ou les surfeurs s'en donnent à coeur joie. Finalement je redescends par un autre chemin, au milieu des brebis. Ces brebis paissent paisiblement alors qu'à quelques mètres de là, les vendeurs de Kebab les regardent d'un oeil intéressé...!

Finalement je suis revenu auprès de mes infirmières vers 4 heures. Ce soir, je suis hébergé chez Gaye et son mari Ray. Je pars donc avec Gaye pour m'installer chez elle pour ma dernière nuit à Tauranga. Son mari est archéologue et m'a beaucoup appris sur les maoris, leur histoire, leur culture. Je vous ferai part de notre discussion demain, lorsque je serai dans une famille maorie à Rotorua. Cela permettra de confronter les deux points de vue : scientifique d'un coté, maorie de l'autre...

Bon, c'est un peu le bazar dans l'organisation de ce Tour... En fait, emporté dans mon élan, j'ai oublié de m'arrêter une journée comme cela était prévu à Te Aroha. Du coup je suis arrivé une journée en avance à Tauranga (c'est donc pour ça qu'ils ne m'attendaient pas de si tôt...). Et puis ce matin, à l'heure de partir, je me rends compte, enfin, que j'ai une journée d'avance ! Du coup j'ai quand même pris mon vélo pour Rotorua, où je resterai me reposer 4 jours au lieu de 3.

L'étape étant assez cool, je suis au centre de don du sang à 9 heures, où nous pensions recevoir un dernier journaliste qui finalement ne viendra pas. L'événement étant couvert par leurs concurrents, ce journal ne fera finalement pas d'article sur ce Tour... Tant pis. Une dernière photo avant de quitter toute l'équipe du centre de don du sang. Cette journée à Tauranga a été magnifique. Je remercie chaleureusement toutes les formidables infirmières du centre de don de sang, qui ont été grandioses ! Elles m'ont hébergé pour mes deux nuits ici, nourri à volonté, et sont d'une gentillesse remarquable. J'invite vraiment tous les habitants de Tauranga de venir donner leur sang ici. L'accueil y est parfait et les biscuits très bons ! Encore merci pour tout, mon passage à Tauranga restera sans aucun doute une de mes meilleurs souvenirs de ce Tour...

Il est 10h00 lorsque je quitte Tauranga pour Rotorua. Les premiers de coups de pédale se font paisiblement, mais peu à peu ma douleur au genou droit, qui était assez bénigne jusque là, se fait ressentir de plus en plus fortement. Kilomètres après kilomètres, les coups de pédales se font de plus en plus douloureux. Je ne comprends pas trop pourquoi ce genou me fait mal. Je n'ai jamais eu aucun problèmes jusque là avec ce genou, et je m'attendais plus à avoir mal aux tendons d'Achille plutôt qu'au genou... Heureusement l'étape sera courte aujourd'hui, avec seulement 60 kilomètres pour aller à Rotorua, et pas très accidenté. Mais je termine l'étape sur une jambe... La galère ! Cette ville est reconnue pour sa population de maories et toute la « touristification » qui l'accompagne. Ce sont des cars entiers de touristes qui viennent ici chaque jour pour découvrir les différents musées, sculptures, maories shows... mais on vient également découvrir Rotorua pour ses lacs d'eau chaude, ses lacs de boues, son activité volcanique. Cette ville est relativement petite (environ 70000 habitants). Dès que l'on y rentre, c'est une odeur de souffre et de la vapeur d'eau qui vous accueillent. Je prendrai plus le temps de la visiter dans les prochains jours, vu que je resterai ici 4 jours.

Ici, je suis accueilli par Jade et toute sa famille : Joe, Amarita (la petite dernière, c'est ma copine, elle est super mignonne !), Hinekihawai, Marino, Taonga (l'aîné), Stephen et Tiffany, c'est-à-dire l'oncle (celui qui joue du Kohauhau sur la photo, un instrument traditionnel genre flutte en plus petit) et la tante (chez qui je dormirai), Steve et Teressa (les parents, ou grands parents pour les plus petits !)Une grande famille de maories ! Nous commençons par prendre un bain d'eau chaude. Ici, pendant plus d'une heure Jade m'apporte quelques précisions sur sa culture maorie, ses ancêtres, son histoire. Puis ils m'invitent à un resto plus que réparateur. Malheureusement cela ne suffira pas à réparer mon genou qui souffre et me fait souffrir. Je suis très anxieux pour la suite du parcours. Par chance j'ai 4 jours de repos, mais ce fichu genou semble avoir une grosse inflammation... La nuit porte conseil, alors je file au lit et verrai cela demain...

Collecte de sang à Rotorua
Aucune collecte n'avait été prévue dans mon programme à Rotorua. Mais étant arrivé une journée en avance à Rotorua, il a finalement été possible d'organiser une journée médiatique en terre maorie ! Je me suis donc rendu pour 8h30 à la salle de collecte. Les 5 kilomètres de route pour m'y rendre ont été 5kilomètres de douleur... Mon mal de genou s'est empiré dans la nuit. Et pourtant, on dit que la nuit porte conseil, ce qui n'est pas toujours vrai apparemment !

Je dépose le drapeau là bas puis me rend à l'hôpital pour voir un docteur. Pour 75 NZ$ (soit mon budget pour 3 jours de route...), le docteur me dit que effectivement, j'ai bien mal au genou... Merci ! En fait il m'a tripoté mon genou dans tous les sens pendant environ 2 minutes, et puis pas plus. Voila pourquoi je déteste aller chez les généralistes. Bref, je ressors quand même avec une prescription, de quoi faire marcher un cul de jatte ! J'espère que ce sera suffisant... Ceci dit, si certains d'entre vous ont entendu parler d'unijambistes ayant fait 3000 bornes à vélo, je suis intéressé de connaître leur histoire. Cela pourra m'aider pour la suite de mon périple ! Plus sérieusement, j'ai trouvé un moyen pour atténuer la douleur en pédalant. J'ai beaucoup de difficultés à plier le genou. Mais lorsque je pédale avec le talon, je plie moins le genou, et du coup ça passe mieux... Il faut me voir pédaler, me déhanchant à chaque coup de pédale ! Allé, plus que 2500 bornes à faire... Après ces 4 jours de repos, je verrai si la situation s'améliore. Si oui, je ferai le parcours initialement prévu ; si non, eh bien je couperai à travers directement en direction de Gisborne, et ne visiterai pas tout le East Cape. A suivre avec impatience...!

Pour revenir à ma journée d'aujourd'hui, la séance de docteur étant passée et la pilule avalée (75 NZ$, quand même...), je me dirige en direction de "radio works" pour une autre interview. Le journaliste est super sympa, l'interview se passe super bien. J'enchaîne sur une autre interview, pour une autre radio, par téléphone cette fois-ci. Ca se passe aussi très bien. Mon anglais s'améliore de jours en jours, d'interviews en interviews ! Finalement je reviens à la salle de collecte pour voir un dernier journaliste, pour un journal. Le photographe a une imagination débordante ! Il me demande d'allonger mon vélo sur un lit pour que l'infirmière fasse mine de lui prélever du sang ! Voila mon vélo allongé, aux soins d'une infirmière armée jusqu'aux dents, une seringue à la main ! Ce sera le dernier journaliste de la journée, enfin tranquille !

55 personnes se seront déplacées aujourd'hui, dont Stephen (qui m'a hébergé hier). Stephen n'a jamais donné son sang. Nous en avons parlé hier et cela l'a motivé à venir se matin. Finalement il s'en sort vivant, et plutôt satisfait. C'était moins dur que ce qu'il pensait ! Il signe mon drapeau avec un sourire jusqu'aux oreilles !

A 2h30, j'ai rendez vous chez le dentiste. J'ai une petite douleur, et je pense que le mal de genou peut venir d'une petite carie (eh oui c'est bien connu, qui dit mal de genou chez les cyclistes, dit mal de dent !). Malheureusement, aucune carie à l'horizon, hygiène de dent parfaite... Je ressors assez déçu, j'aurai tant voulu avoir une carie ! Je n'ai d'espoir dans la guérison que dans les trois tablettes d'anti-inflammatoires et dans les trois jours de repos.

Avant de quitter Rotorua, je vais me poser près du lac. La, un car de touristes Coréen débarque, et tous sortent armés de leurs appareils photos ! Ils prennent différentes poses devant le lac, le jardin et... mon vélo ! Finalement un couple me demande de poser avec eux devant le vélo ! Puis je prends trois Coréens en photo devant mon vélo également ! Fin de journée amusante ! Peut-être se reconnaîtront-ils sur le site car, bien évidemment, ils sont repartis avec un petit prospectus présentant le Tour et notre site Internet !

Je rentre chez ma famille d'accueil avec mon magnifique déhanché (j'vous promets, on croirait pas que j'ai encore 2500 kilomètres à faire !). Je retrouve toute la grande famille, et approfondis ma connaissance de la culture maorie, qui semble être bien différente de ce que l'on veut bien nous montrer. Je vous parlerai de cela dans la prochaine actualisation. J'apprends beaucoup sur ce peuple au sein de cette famille, et j'espère pouvoir vous faire partager le plus simplement possible toutes mes longues discussions très enrichissantes. Mais la situation est très très compliquée, et j'espère ne pas dire trop de boulettes... A suivre donc pour la prochaine étape.

Je vous laisse avec ça pour cette fois. Je vais me reposer maintenant, j'en ai grand besoin. J'espère que la situation va s'arranger. Mais dans tous les cas je reprendrai mon vélo, même si je dois couper à travers. Je suis vraiment embêté et très anxieux, mais je ne peux rien faire d'autre que d'attendre et me reposer. Alors j'y cours, et vous souhaite à tous une bonne journée !!

A très bientôt pour la suite de l'aventure, qu'elle soit douloureuse ou pas !


 
Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Voyage du bout du monde, 2700 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2006.

Prix public : 14 euros.
couverture_nz.jpg