Ouest balkans 2006 (5300 km) acheter le livre

Triste journee...

Banja Luka - Bosanka Krupa photos de cette étape

le 04/08/2006

  • nombre de km prévus : 54
  • nombre km effectifs : 131
  • temps prévu : 3h15
  • temps effectif : 7h10
DSC08121DSC08123DSC08124DSC08127DSC08128DSC08130DSC08131DSC08132DSC08133

Triste journee...

Journee de repos a Banja Luka

Cela fait des mois que Jasna et Berengere preparent mon arrivee a Banja Luka. Le jour Jest arrive, voyons ce qu'il va se passer. J'ai souvent entendu Berengere dire que dans ce pays,c'est toujours difficile de faire bouger les gens, qu'il faut les contacter et les relancer bon nombre defois. Elle espère vraiment que ce sera une bonne matinee, avec tout le mal qu'elles se sont donnees.

Nous arrivons a 9h00 au centre de don du sang. Le Président de l'association de donneurs de sang bénévols nous recoit. Il est on ne peut plus dynamique, ravi de nous voir. Breves presentations avec toute l'equipe de bénévoles. Les journalistes arrivent. Ce matin, nous aurons trois télévisions (une locale, une nationale (couvrant la Republika Srpska) et "Pink", une television tres regardee dans tous les pays des Balkans. Deux journaux seront également présent. Jasna a egalement du repondre à une radio... Bref, une journee mediatique exceptionnelle ! Une des journalistes semble tres intéressée. Elle me pose beaucoup dequestions, intéressantes. Elle me demande entre autres ce qu'il serait bon de faire pour sensibiliser la population au don du sang. Je lui dit qu'il est important de sensibiliser dès le plus jeune age. Et il serait également bien de sensibiliser également sur la sécurité routière. Les accidents de la circulation demandent énormément desang. Plus les gens feront attention, moins il y aura besoin de sang. Et en Bosnie,cela semble être un gros probleme, d'apres mon experience de cyclo en tous les cas. Nous passerons plus de deux heures en leur compagnie avant de reprendre nos activites normales.

Demain je reprends la route. Je risque de ne pas donner de nouvelles jusqu'a Split,en Croatie. Abientot !

34 eme etape : Triste journee...

Il a plu une bonne partie de la nuit. Berengere et moi partons apres une grosse averse, a 7h00. Elle m'accomagne une derniere fois. Cette apres midi elle prend un bus pour la France, pour y passer 3 semaines de vacances. Il s'agit de sq derniere echapee cyclopedique avdc moi, pour l'instat. Nous nous separons donc apres 10 kilometres, le temps de sortir de la ville. Abrites sous un abri d'un vieux garage desafecte. Dehors il pleut. Le ciel est bas. On fait mieux pour des separations... Cette fille est vraiment formidable: Elle aura pedale avec moi lus de 500 kilometres, toujours avdc une super forme et une grande motivation: Elle aura vaincu ses peurs, malgre tous les gens qui lui ont dit que c'etait impossible qu'elle pedale dans la montagne bosnienne. Enfin, elle m'a accueilli ici, a Banja Luka, et aura oganise, avec l'aide de Jasna, la journee la plus mediatique que je n'ai jamais eu. C'est avec une gros pincement au coeur que je la quitte. Fini Berengere, pour ce tour tout du moins... Nos routes se separent ici, mais l'aventure continue !

Me voila seul. Il pleut. Apres 30 kilometres, me voila sur une piste de terre. Il pleut toujours. J'arrive a Sanski Most. La, c'est tres bizarre. Plus de la moitie des voitures que je croise sont d'origine allemandes, hollandaises, slovenes et quelques unes autrichinnes. POurtant, nous somms bien en Bosnie, comme l'attestent la presence des deux symboles forts de cette campagne : d'une part les enormes tas de foins, d'autres part les terrains mines. Les deux n'etant jamias de paire, evidemment... Ici, termine la jolie Bosnie, avec ses belles montagnes, ses jolies maisons, ses beaux jardins. Nous sommes en terre musulmane. Tout n'est que ruine. Je traverse des vilalges fantomes, encore. Parois, certains d+ntre eux ont bneficie d'un programme d'aide europen pour la reconstruciton des maisons. Ces villages apparaissent presque normaux. Mais les autres... Ils sont constitues de maisons sans toit ni fenetre ni porte i rien du tout. PArfos il reste quelues morceaux de carrelage sur les murs, mais c'est tout. La seule vie qui les anime, ce sont les arbres qui poussent a l'interieur. Tout est triste. Ce sentimnt est renforce par la pluie. Bien sur, je l'apprecie car elle me rafraichit, enfin. Mais les nuages sot tres bas et me bloquent le panorama. Je ne vois que ces maisons detruites et ces ilalges desertes. MOn regard ne put s'evader au dela de ca. Je ne vois que ca. Je ne peux voir que ca. Et ce sentiment de tristesse est renforce par ma lecture de la eille : "Gorazde", une bande dessinee ecrite par un journaliste, americain je crois, apres la guerre. 200 ages d'horreur, expliquant en detail les atrocites de cette guerre immonde. Et aujourd'hui, alors que les ruines defilent, je me replonge dans cette lecture. Je n'aime pas voir ce visage de la Bosnie. Personne n'aime voir cela. Les fleurs sont bien plus belles ue les grenades et les mines... Et toutes ces voitures etrangeres, ce sont les bosniauqes qui ont quitte le pays pendant la guerre pour s'installer en lieux surs, en Europe de l'ouest. Ils reviennent ici pour leurs vacances.

Durant les 130 kilometres d'aujourd'hui, mes pensees restent accrochees a ces murs. Et il n'y a personne. Il me faut voir du monde. Je ne peux pas planter ma tente ici. Dans la descente qui me mene a Bosanska Krupa, une voiture me double, ses occupants me sourient. Le retour a la vie. Bosaska Krupa, 18000 habitants. Des jeunes cyclos m'interpellent. Je leur demande ou se trouve le camp humanitaire "Una Regata". Je pense y planter ma tente. Ils m'y conduisent. Les organisateurs acceptent sas probleme pour que je plante ma tente ici. Super. Ensuite ls jeunes (Ail, ari t Amko) me conduisent a un bar ou je me rafraichis. Le soleil refait son apparition. C'est bon. On discute un moment nsembl. Hari me fait une demonstration de ses talents d'acorbate. Mediocres mais amusant ! Puis ils me conduisent sur les hauteurs de la ille pour une seance photo. Hari, encore lui, rend ben soin de se recoiffer avant la photo. Il veut etre presentable depuis que je lui ai dit qu'il sera sur internet des ce soir ! C'est ici aussi qu'ils m'expliquent ou se trouvaient les snipers srbes qui tuqient ls passants. Et puis juste ici, deux enfants ont ete assassines, une balle dans la tete. La guerre dans toute sa splendeur, la guerre dans toute son horreur. La guerre qui revient sans cesse, dans toutes les dicutions, magre le soleil brillant, les pivos ingurites , et la fraternite qui se lie apres duex trois sourires. C'est affligeant, mais c'est le quotidien de ces gens, il faut se faire une raison...

Ils me laisseront au cyber cafe pour actualiser le site. Apres quoi j'irai chercher quelques "Cevapi", specialite "culinaire" de Bosnie, puis irai planter ma tente au camp. Je suis fatigue ce soir. La pluie d'abord, le manque de soutien de Berengere ensuite, et toutes ces ruines enfin... C'etait une triste journe en Bosnie, entre Banja Luka et Bosanska Krupa...

Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Ballade cyclobalkanique, 5300 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2007.

Prix public : 15 euros.
couverture_balkans.jpg