Ouest balkans 2006 (5300 km) acheter le livre

collecte de sang à Zagreb

Varazdin - Zagreb photos de cette étape

le 27/06/2006

  • nombre de km prévus : 70
  • nombre km effectifs : 77
  • temps prévu : 4h15
  • temps effectif : 3h45
DSC06698DSC06699DSC06701DSC06702DSC06708DSC06710DSC06711DSC06712

collecte de sang à Zagreb

Je quitte Varazdin après avoir fait le plein de fruits, direction Zagreb. Sur la route, je passe devant la maison de Zlatko Mehun, porte parole du Ministre de l'Intérieur. Je l'ai rencontré hier soir au dîner du Rotary club. Il sors alors à ma rencontre pour me lancer un dernier encouragement, et me promet de faire son possible pour inviter la télévision lors de mon passage à Zagreb.

Il est 8h30 lorsque je le quitte, et il fait déjà très chaud. Les journées se suivent et se ressemblent... Le début de parcours est casse patte, avec des petites bosses de 200 ou 300 mètres de 10%. Elles deviennent vite indigestes. Mais le relief s'aplanit complètement quelques kilomètres plus loin. Zagreb n'est plus trop loin.

Alors que les slovènes avaient fait preuve de grand civisme, les croatiens semblent être plus pressés sur la route. Alors je change de technique. Au lieu de me mettre bien à droite pour pouvoir laisser la place aux automobilistes, je me déporte un peu sur la gauche. Ainsi ils doivent me rouler sur le corps s'ils veulent passer alors que d'autres voitures arrivent en face. Mais chacun sait que pour l'automobiliste de base, le plus important est de préserver l'état de sa voiture. Il lui est donc impossible de me rouler dessus, sous peine d'abîmer sa carrosserie ou un phare, ce qui serait un drame. Cela me fait penser à Dorota, rencontrée à Turin. Elle me racontait comment elle s'était fait engueuler par un automobiliste qui avait ouvert sa portière juste devant elle. De son côté, elle avait simplement la clavicule de cassée...!
Bref, donc j'utilise aujourd'hui plus de place sur la route. Certains automobilistes sont mécontents, mais je préfère que ce soit eux plutôt que moi ! Cela dit la tactique est infaillible ; tous s'arrêtent derrière moi et attendent le moment opportun pour ne pas abîmer leur voiture. Ca marche même avec les camions, j'ai testé pour vous !

Côté chaleur, c'est insupportable ! Hier 38 degrés, aujourd'hui 40... Depuis le début, pas une seule goutte d'eau n'a mouillé mes sacoches étanches. A l'intérieur, c'est une catastrophe ! Je ne peux garder un pot de sauce tomate ouvert plus d'une journée, mon gel de rasage et mon gel pour les cheveux (ben oui, j'essaye de ne pas être trop sauvage quand même...) ne ressemblent plus à rien. Je n'ose imaginer la tête de mes sardines emprisonnées dans leur boite en fer. Même la crème solaire a tourné !!

Après 3h45 et 77km, me voilà enfin au centre de Zagreb. J'y rencontre Tanja Alisic, qui travaille pour la ville de Zagreb, pour l'organisation des évènements sportifs. Cela fait des mois que nous sommes en contact et elle a organisé mon passage ici. Un énorme travail au vu du programme qui m’attend...! Demain, je dois aller à l'usine de Koncar où est organisée une collecte de sang, puis sera organisée une conférence de presse à midi. Enfin à 16h00 je devrai rejoindre les cyclistes de Zagreb pour une tour dans la ville, genre "fête du vélo" en France. Le lendemain encore quelques interviews. Puis je quitterai la ville vendredi avec un groupe de cyclos. Voilà en résumé ce qui m’attend.

Je discute un peu avec Tanja, puis elle me conduit vers l'hôtel réservé par le Rotary club... Astoria Hotel, trois étoiles. Je suis plein de sueur et tout collant, alors que je croisé des personnes dont les chaussures doivent coûter le prix de mon vélo tout équipé... Je joue la carte du contraste (obligé) et de l'assurance ! Pas de problème pour moi lorsqu'il s'agit de rentrer mon vélo croulant sous les bagages dans le local servant à ranger des costumes trois pièces. J'adore !

Avant de dormir je passerai la soirée avec Bosko, un jeune croate faisant partie du Rotaract (jeunes rotariens). Il me pose quelques questions pour sa mère qui est journaliste et qui écrira un article pour un journal national, puis me fait visiter la ville. Zagreb by night, j'aime beaucoup. Ici aussi les demoiselles sont très charmantes, la chaleur aidant... Finalement je retrouve ma chambre climatisée et mon grand lit 6 places pour une nuit bien méritée.

Jours de repos à Zagreb

La matinée commence à 10h00 avec une collecte de sang à l'usine Koncar, qui fabrique des moteurs. 60 donneurs de sang vont être présents en cette matinée.
On continue avec une conférence de presse où sont présentes deux très charmantes journalistes. L'une d'un magazine hebdomadaire (Nacional), l'autre d'une radio (Obiteljski radio ("radio familiale")). Interview en direct (en anglais of course !).

Après cela je prends le temps d'actualiser le site Internet, avant de repartir pour une autre séance médiatique...

A 18h00, petit tour à vélo dans les rues de Zagreb. Etaient présents une soixantaine de cyclos pour montrer aux automobilistes que les cyclos ont les mêmes droits que les voitures dans la ville. Zagreb est une ville bien différente de Ljubljana concernant la place des deux roues. On ne compte que 140 kilomètres de pistes cyclables, mais l'objectif de la ville est d'avoir d'ici trois ans 360 kilomètres (pour comparaison, Clermont Ferrand en compte 50 (mais est nettement plus petite) et Strasbourg 400. Ainsi, avec 360 kilomètres, je pense que Zagreb ne sera pas trop mal équipée, mais pourra encore progresser.
La balade dure une petite heure. Le temps de prendre ma douche et de me restaurer, et je retrouve les jeunes membres du Rotaract de Zagreb. Ce Rotaract compte 25 membres et est en pleine expansion. J'y retrouve Ivanka, que Fabien et moi avions déjà rencontré il y a deux ans lors de notre passage ici. Mais le Rotaract est composé de bien d'autres charmantes demoiselles comme vous pouvez le voir sur quelques photos. Je leur expose mon projet; certains viendront donner leurs sang demain matin à 10h00 au centre de don du sang. Finalement je retrouve mon hôtel pour terminer ma journée.

Pour jeudi, la journée commence également à 10h00, au centre de don du sang. Tanja est toujours là pour m'accompagner dans mes déambulations dans Zagreb. Au centre de don du sang, je retrouve la directrice, Irena Jukic, ainsi que Zoran Horvat, membre du Rotary club de Zagreb qui ont eu l'énorme gentillesse de m'héberger pour ces trois nuits dans la capitale. Zoran était le président du club en 2004 et s'était occupé de notre arrivée à Zagreb. C'est avec grand plaisir que je le revois ici, parlant toujours un excellent français ! Encore merci Zoran et tous les membres du Rotary club de Zagreb pour votre accueil bien plus qu'excellent.

A l'Institut du don du sang plusieurs journalistes sont présents. Ma préférence ira pour Marijana (avec le vélo) du magazine "Nacional" même si la journaliste de la télévision locale est également très sympathique. Davor Gasparic, du rotarcat, est venu donner son sang ce matin comme prévu. il signera le drapeau, tout comme Zoran, Tanja et quelques infirmières très souriantes (Paska, Tina, Nina, Monika, Alina...). Je vois la vie en "A" !

Côté don du sang, Irena Jukic me donne quelques précisions pour la Croatie. Seul 3,8 % de la population donne son sang, mais ils sont cependant autosuffisants en sang. Comme tous les pays, la période estivale est un problème. La Croatie connaît de nombreux accidents durant l'été sur la cote, du fait de l'augmentation du trafic routier (beaucoup de touristes). Mais les personnes sur la côte Adriatique ne donnent pas beaucoup leur sang. Ainsi, ce sont les centres du nord qui doivent collecter le sang, puis l'envoyer dans le sud. La Croatie collecte 160 000 unités de sang par an, dont 72000 à Zagreb. En tout, on compte 21 lieux de collectes.
Les donneurs de sang à Zagreb ont droit à un repos exceptionnel ! C'est le meilleur repas que j'ai pu voir (et manger) dans un centre de don du sang. Aujourd'hui j'aurai goûté aux lasagnes!
Le don du sang est VOLONTAIRE depuis 1953. Auparavant, les donneurs étaient rémunérés. On assistait également à beaucoup de don du sang familiaux.

Voilà comment se sont passés ces deux journées de repos à Zagreb. Au final, la communication fut très satisfaisante,. Chacun ayant mis son grain de sable (Tanja, Rotary club et Rotaract), on s'en sort avec une émission de radio, un magazine, 3 ou 4 journaux et une télévision. J'en oublie peut-être...!

Ce soir je doit revoir Ivanca et quelques uns de ses amis, pour ma dernière soirée à Zagreb. Demain je reprends la route a 11h00. Un départ est organisé avec plusieurs cyclos de Zagreb qui m'accompagneront à la sortie de la ville. A noter également la venue inattendue de Bérengère, une francaise qui travaille à l'Institut français de Banja Luca, en Bosnie. Elle est fan de vélo et elle voulait pédaler avec moi quelques jours. Mais comme elle sera en France lorsque je serai à Banja Luka, alors elle me rejoins ici. SUPER !
A noter également que ça se rafraîchit. Il ne fait que 32 degrés cet après midi, et des nuages semblent vouloir couvrir la ville. Ils ont annoncé de la pluie pour demain... Youpi !! Cela dit, lorsque je regarde tous ces gens entassés dans le Tramway avec de pareilles températures, je me dis que, finalement, ma condition de cyclo voyageur n'est pas à plaindre !

A demain pour la suite de l'aventure !

Julien

 

Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Ballade cyclobalkanique, 5300 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2007.

Prix public : 15 euros.
couverture_balkans.jpg