Nouvelle-Zélande 2005 (2750 km) acheter le livre

Splendide Coromandel

Miranda - Coromandel photos de cette étape

le 03/09/2005

  • nombre de km prévus : 120
  • nombre km effectifs : 86
  • temps prévu : 6h00
  • temps effectif : 4h30
NZ 011NZ 015NZ 019NZ 026NZ 028NZ 030NZ 041NZ 072

Splendide Coromandel

Bonjour a tous !

Nous avons passé la nuit dans un Backpaker, Brian, Rachel et moi. Ces deux jeunes gens ont eu la gentillesse de me payer le resto hier soir, ainsi que le logement de cette nuit. Merci beaucoup !

 

Après une bonne nuit réparatrice, malgré mon voisin de chambre bruyant (Brian a ronfle une bonne partie de la nuit !), nous nous levons a 7h00 ce matin, frais comme des gardons ! De mon côté, je n’ai aucune courbature, aucune petite douleur. Tout va pour le mieux en ce début de Tour, ce qui est de bonne augure pour la suite.

Ce matin encore, le brouillard est très épais. Le même brouillard qui a bloqué l’aéroport d’Auckland hier (et qui le bloquera sûrement aujourd’hui); le même brouillard qui nous annonce une superbe journée… Pourvu que ça dure !

Brian décide de m’accompagner encore un peu pour la deuxième étape, toujours accompagné de Rachel, brillante dans son rôle d’assistante ! Eh oui, pas facile de se débarrasser d’eux comme ça ! Alors nous nous dirigeons en direction de Thames, dans un brouillard qui parfois laisse entrevoir un brin de soleil, avant de finalement nous recouvrir entièrement. Ce début d’étape est à l’image de la fin de l’étape d’hier : parfaitement plat. Cela me fait penser à notre étape l’été dernier aux Pays-Bas. La brume, les prairies, le relief très plat, les vaches noyées dans le brouillard… La Nouvelle-Zélande ressemble aux Pays-Bas. Qui a dit que ce pays était vallonné ?!

Le brouillard nous accompagnera jusqu’à Thames (à 30 Km), ville ou Brian et Rachel décident de me quitter. Je les remercie alors une dernière fois pour tout ce qu’ils ont fait pour moi. Ils ont été formidables. C’était un plaisir de les avoir à mes côtés pour ce début de Tour. Il semble difficile de faire mieux pour débuter un Tour que d’être accompagnés par Brian et Rachel. Mais en écrivant cette phrase je pense tout de suite à Pascale et Lorenz, entre autres, qui nous avaient accompagne l’été dernier tout au long de la première étape. Et si je pense à vous aujourd’hui, c’est aussi pour vous souhaiter tous mes voeux de bonheur le jour de votre mariage ! Encore désolé de ne pas être à vos côtés aujourd’hui, ce doit être un jour fabuleux pour vous aussi ! Encore toutes mes félicitations !!!

Je continue donc seul, cette fois-ci, ma route jusqu’à Coromandel. J’ai encore 35 kms de plat sur une route longeant la mer. Magnifique ! Cette route est sublime, le bleu de la mer se marie somptueusement bien au vert des prairies vallonnées. La route est très étroite et sinueuse, longeant parfaitement bien la côte. Un petit paradis qui me fait prendre conscience peu à peu que l’aventure est belle et bien commencée… Sur toutes les plages, je peux voir des personnes qui sont à la recherché de la Pierre verte, la Pierre de jade. Cette Pierre était communément utilisée par les maories pour faire des armes, et on peut en trouver assez facilement sur ces plages. Je m’y arrêterais pour prendre mon déjeuner, sans rien trouver… Tant pis.

Pour digérer mes sandwichs, rien de tel qu’une belle montée de 5 kilomètres ! Mon dieu que je suis lourd ! Heureusement, comme vous pouvez le voir sur les photos, la vue est sublime tout au long de la montée. Le Coromandel est une région splendide, et j’ai la chance de la voir aujourd’hui sous un soleil radieux. J’aurai envie de m’arrêter à tous les virages. Pour me reposer d’une part, mais aussi pour profiter de la vue qui s’offre à moi. Au sommet, plusieurs automobilistes m’applaudissent ! Faut dire que j’en aie ch…! La descente, très sinueuse, me permet de voir comment se comporte le vélo dans les virages. Ca ne vaut pas mon 600 Fazer, mais ce n’est pas trop mal ! A peine arrivé en bas qu’une autre montée m’attend, bien plus pentue. Qui a dit que la Nouvelle-Zélande était un plat pays ?!! Et cette fois ci la vue est bouchée par le bush, alors je reste concentre sur l’idée que je dois grimper ces fichus 40 kilos… Il faut que je me fasse une raison, ils me suivront jusqu’à Auckland ! Enfin, une longue descente me permet d’améliorer ma courbe et d’arriver à Coromandel.

Ici, je téléphone à Andy, un cycliste rencontré sur Internet. Il va m’accueillir pour la nuit. Plutôt sympa ! Je me rends chez lui, à 4 kilomètres de Coromandel. J’aurai alors fait 86 kilomètres pour cette deuxième étape, en 4h30 min. Andy fait parti d’un groupe de cyclos qui organisent quelques courses plutôt corsées. Des courses d’orientation, ainsi qu’une course de 200 kilomètres dans le Coromandel. Vous pouvez aller voir ça sur leur site Internet : http://k@cycle.co.nz. Ca vous permettra d’avoir une idée du relief qui m’attend pour les prochains jours, vu que je vais rouler sur ces routes… Dur dur !

Comme il n’est que 15h00 et que je n’ai fait que 86 kilomètres (…), nous partons pour faire un petit tour sur des routes non goudronnées. Je laisse mes bagages chez lui. J’ai l’impression d’être tout nu ! Nous allons voir une forêt de Kauris, ces arbres énormes, pouvant être âgés de 3000 ans pour les plus anciens. Ceux que nous verrons n’ont qu’environ 600 ans, mais sont impressionnants. Après le Séquoia, il s’agit du plus gros arbre du monde, et on ne le trouve qu’en Nouvelle-Zélande ainsi que dans quelques îles environnantes. Il y a de cela 200 ans, la Nouvelle-Zélande comptait énormément de ces énormes arbres. Malheureusement beaucoup d’entre eux ont subi une exploitation intensive de l’homme, et une grosse partie de cette forêt, sublime et gigantesque, a disparu sous les tronçonneuses… Les plus belles forêts sont situées dans le Northland où vous pouvez même visiter un musée. Vous pouvez faire une petite visite virtuelle sur cette page de mon site : http://j.leblay.free.fr/NZ-2-2.html

Finalement, nous revenons chez lui après une petite balade de 25 kilomètres. Du coup, ça me fait une journée de 110 kilomètres… Et la forme est toujours là ! Je passerai la soirée avec lui, sa femme et une amie à eux. Demain, il m’accompagnera sur quelques kilomètres avec quelques uns de ses amis cyclistes. Une belle journée en perspective, pour me rendre jusqu’à Hot Water Beach.

Je vous dit à demain donc (si je trouve Internet au backpacker) pour la suite ! De mon côté, je vais me coucher. Il est 22h15 ici, alors qu’il doit être 12h15 en France… Bonne après midi !

Julien

PS : deux petites choses : les photos ont été ajoutées pour hier, et pour les Néo-Zélandais, le reportage sur TV3 est passé ce soir. Voilà voilà !
 


 
Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Voyage du bout du monde, 2700 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2006.

Prix public : 14 euros.
couverture_nz.jpg