Ouest balkans 2006 (5300 km) acheter le livre

Etape crevante

Drvar - Guber photos de cette étape

le 06/08/2006

  • nombre de km prévus : 60
  • nombre km effectifs : 108
  • temps prévu : 3h45
  • temps effectif : 6h10
DSC08199DSC08202DSC08209DSC08213DSC08214DSC08218DSC08222

Etape crevante

La route après Drvar s'élève sur un plateau de calcaire situé à environ 1000 mètres d'altitude. Aride, sec, jaune, magnifique ! Les plateaux comme celui ci ont l'art de me fasciner. J'y trouve toujours une quiétude et une solitude que je ne ressens nul part ailleurs. Rien ne bouge. Les buissons sont disséminés dans l'herbe sèche, les courbes sont douces, le moindre rocher a un charme particulier, le moindre signe de vie est un spectacle. Un cheval, des papillons, un cyclovoyageur, un berger. Je discute deux minutes avec lui. Je ne le comprends pas, lui non plus. Mais on discute, appréciant cette rupture dans notre solitude respective. Nous nous quittons avec une belle poignée de main. Je sais juste que c'était un berger, lui sait juste que je voyage à vélo...

Quelques minutes après mon pneu arrière est à plat. Deuxième crevaison. Décidemment, la Bosnie ne me réussit pas, entre les crevaisons et les chutes ! Cela me laisse le temps d'apprécier un peu plus la splendeur de ce plateau. Je retirerai de mon pneu arrière un morceau de verre. Je me dis alors que si le verre n'existait pas, ou si les homems seraient plus respectueux de la nature, alors cela ferait le plus grand plaisir des cyclovoyageurs ! Je repars... puis recrevé 5 kilomètres après. Ah ben alors, qu'est-ce qu'il se passe aujourd'hui ?! Cette fois ci c'est un pincement de mon pneu entre deux cailloux : deux trous dans la chambre à air. L'incident reparé, je reprends ma route. Mon stock de rustines étant sérieusement entamé, je souhaite en rester là pour aujourd'hui. Le plateau karstique laisse peu à peu la place a un autre plateau, plus vaste encore, plus plat, plus vert. Cette fois ci c'est la montagne de Paripovac, à ma gauche, que j'admire. Les nuages offrent tous les tons de verre aux prairies. Le paysage change ainsi de couleurs au gré du vent.

Après 30 kilomètres de piste je retrouve le bitume. Le décor devient alors plus glauque. La route s'élargit soudainement. Longue ligne droite de 2 kilomètres, plate, deux fois trop large. Cela ressemble étonnement à une piste d'aterrissage. Autour des camps militaires, cernés par des fils barbelés, puis des batiments désafectés... Glamoc ne me fait pas une belle impression. C'est ici aussi que je revois le drapeau croate flotter au vent, signe du nationalisme des marques des croates. Nous sommes pourtant en Bosnie. Ce sont ces "détails" qui me font dire que la Bosnie, d'un point de vue identitaire, n'existe pas. Ici, les gens se sentent bien plus croates que bosniens. Cela se confirme lorsque j'arrive à Livno. C'est jour de mariage aujourd'hui. Un cortège de voitures quitte la ville, fleurs et drapeaux aux vents. Ces derniers sont croates, évidemment.. Cela nous change des mariages vus a Sarajevo, ou c'était le drapeau Turc que les mariés exposaient aux passants...

J'irai dormir à 5 kms de Livno, à Guber. Quelques tentes sont posées dans un prés. Je demande la permission de me joindre à ces bosniens, dont beaucoup ont une plaque d'immatriculation allemande ou hollandaise. Ils ont quitté le pays pendant la guerre, un grand classique !

C'est après un orage d'une grande violence que je m'endormirai ici. Il s'agit de ma dernière nuit en Bosnie. Demain je retrouve la torpeur de la côte croate...
 

Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Ballade cyclobalkanique, 5300 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2007.

Prix public : 15 euros.
couverture_balkans.jpg