Ouest balkans 2006 (5300 km) acheter le livre

Croatie me voilà !

Maribor - Varazdin photos de cette étape

le 26/06/2006

  • nombre de km prévus : 75
  • nombre km effectifs : 115
  • temps prévu : 4h30
  • temps effectif : 6h30
DSC06623DSC06624DSC06626DSC06629DSC06630DSC06631DSC06632DSC06636

Croatie me voilà !

Journée de repos à Maribor

J'ai du quitter mon hôte Liza et toute sa famille le matin, pour rejoindre une autre hôte (Barbara) et toute sa famille (Peter et Darja) à Maribor même, soit à 18 kilomètres de là (quelques rallonges, comme d'habitude). Un grand merci à Liza pour son accueil. Malgré l'échéance des examens très proche, elle a su m'accorder un peu de son précieux temps.

Liza est également étudiante, en droit. Elle me fera visiter Maribor, qui est la deuxième plus grande ville de Slovénie. Aujourd'hui est un jour particulier, puisque jour national. Les Slovènes fêtent leur 15 ans d'indépendance. En dehors de cela, Maribor organise pendant 15 jours son festival annuel, le plus important de Slovénie. Au programme, nombreux concerts, festivals, activités sportives. Nous délaissons cette dernière (personnellement j'ai mon quota d'activité sportive) pour assister à une conférence sur le Yémen donné par un de ses amis. Puis Barbara me fait visiter le temps de deux heures les moindres recoins de cette belle ville. Je pense tout savoir sur cette ville, mais je suis bien incapable de vous dire ce que j'ai retenu. Trop de dates et de noms, le tout en anglais ou en slovènes ! Pour terminer ma journée à Maribor nous assistons a un concert très sympa où trompettes, violons, flûtes et autres guitares s'en sont donnés à cœur joie.

Un Enorme merci à Barbara pour son accueil dans sa ville. J'aurai passé une excellent moment avec cette demoiselle qui peut vous parler anglais avec un accent italien irrésistible, ou bien avec un accent français incompréhensible, qu'elle utilise lorsque je fais usage de défauts de présentation. Tellement vrai de la réalité...!

Petite anecdote pour illustrer la confrontation qu'il existe entre la région de Maribor et celle de Ljublajan. Si vous vous souvenez, la première produit la Lasko alors que Ljubljana produit l'Union. Le père de Barbara (Peter) me raconte une blague régionaliste : "ici on boit de la Lasko et on pisse de l'Union"... C'était juste pour l'anecdote...!

Sixième étape : Croatie te voilà !

Le père de Barbara m'avait conseillé une route secondaire pour rejoindre Ptuj. Cette fois-ci je ne me trompe pas de route et arrive à destination, après plus de 20 kilomètres de plat. Ptuj (prononcer "Ptouille") est la ville la plus ancienne de Slovénie. Très charmante, rues claires, toits rouges, château dominant la ville... J'y flânerait une petite heure le temps de prendre mon déjeuner, constitué de fruits (je me régale depuis une semaine avec tomates, nectarines, pastèques et autres abricots made in Slovenia).

Je continue ma route, dans un relief toujours très plat. J'aperçois la première cigogne de mon voyage. la Croatie n'est pas loin ! J'effectue les derniers kilomètres en Slovénie, que je vais devoir quitter bientôt, sous la bienveillance du château de Brol, qui voit s'écouler depuis des centenaires la rivière Drava à ses pieds. Elle se dirige vers la Croatie. Je la suis. Le voyage suis son cours...

Après 73 km au compteur (soit 55 km pour aujourd'hui + 18 hier), me voilà au poste frontalier de Zavrc, Le douanier slovène est très sympathique.
- D'ou viens-tu ?
- France
- Super ! où vas-tu ?
- Je viens pour faire 4000 kilomètres dans les Balkans : Zagreb, Belgrade, Dubrovnik, Sarajevo, Plitvska, Split, Ljubljana...
- Super ! Tampon ? (pour le passeport)
- Ouais, pourquoi pas !
- Fini Europe, Croatie maintenant !
- Oui, mais je reviens dans deux mois !
- Super !

Le douanier croate est moins loquace... je lui tends mon passeport. Il me dévisage d'un air suspect. Eh oui, j'avais les cheveux plus longs a l'époque ! Je déteste ces moments là, où je crains que les douaniers me demandent de vider toutes mes sacoches, de peur que j'importe dans leur pays quelques pâtes de contrefaçon, un pot de confiture radioactive ou des sardines mangeuses de Croates... Après 2-3 questions d'usage écourtées par son anglais aussi pauvre que mon croate ou mon allemand, il me laisse passé. Victoire, me voilà en Croatie ! Quelques mètres plus loin je procède a la première pause pipi en Croatie. Avec la Lasko bue hier soir, c'est finalement de l'Union que j'importe dans ce pays !

J'arrive à Varazdin peu de temps après, car le relief me permet d'avancer très vite. Dans le parc, je rencontre une personne chargée de l'entretien des lieux. Il me fait essayer son vélo a trois roues et me fait une démonstration d'équilibriste sur deux roues. Rencontre sympa. Puis je vais à "Aqua city" pour y planter ma tente. il s'agit d'un complexe balnéaire construit autour d'un lac. De nombreux touristes et croates viennent pour s'y détendre. A peine arrivé que je reçois un message me disant d'aller au "Turist Hotel" où le Rotary club local va m'accueillir... Demi tour !

Je passerai la soirée avec les membres du Rotary club, à me restaurer mais aussi à discuter. Un membre du Rotary me dit qu'il a fait 38 degrés aujourd'hui... Je demande une discrète confirmation a un autre membre, entre deux bouchées de viande de porc. Température validée. Est-ce qu'un jour je ferai du vélo avec des conditions climatiques normales?! J'apprends aussi que Varazdin était la capitale de la Croatie jusqu'en 1776 où elle brûla presque entièrement. La capitale fut alors délocalisée a Zagreb. Cette ville possède une architecture très riche, avec notamment le château imposant, qui était un lieu important de défense en son jeune temps, au temps des turcs.

Finalement j'irai me coucher en prenant soin de laisser la fenêtre largement ouverte. La chambre est une fournaise, peut-être aurais-je été mieux sous ma tente, même si dehors il ne fait pas vraiment plus frais... Il fera plus chaud demain.

Me voilà donc en Croatie. Fini la Slovénie. Durant les 540 et quelques kilomètres effectués dans ce premier pays, je reteindrai plusieurs choses : les fraises sauvages, les fruits excellents, une bière qui se boit très bien (Lasko comme Union), des slovènes timides, des paysages variés et très charmants, surtout ces petites vignes. Mais surtout, j'ai été très surpris par le civisme des Slovènes vis à vis des cyclopéens. J'irai même jusqu'à les comparer avec les allemands sur ce point là ! Je n'ai eu aucune frayeur ici, Chaque fois qu'une voiture arrivait en face de moi, les voitures ou camions derrière s'arrêtaient pour pouvoir me doubler dans de bonnes conditions. Merci donc pour ça, ce fut un plaisir de faire ces premiers 500 kilomètres ici. Promis, je reviens très bientôt !

julien

Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Ballade cyclobalkanique, 5300 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2007.

Prix public : 15 euros.
couverture_balkans.jpg