Nouvelle-Zélande 2005 (2750 km) acheter le livre

Une question environementale

Paeroa - Tauranga photos de cette étape

le 07/09/2005

  • nombre de km prévus : 104
  • nombre km effectifs : 82
  • temps prévu : 5h15
  • temps effectif : 5h00
Picture 078Picture 079Picture 083Picture 084Picture 085Picture 090Picture 092Picture 095

Une question environementale

Pour commencer, j'ai rajoute quelques photos sur l'étape d'hier...

Ce matin, c'est le cheval de mon voisin de tente qui me réveille en venant brouter la pelouse tout près de chez moi. Petit déjeuner très matinal à 2 heures du mat'... J'essaye de continuer ma nuit tant bien que mal, pour finalement me lever à 6h00. Cette fois-ci, les nuages recouvrent la montagne, mais il ne semble pas encore vouloir pleuvoir.

Le début de parcours est une succession de petites montées et descentes, et ce sur plus de 10 kilomètres. Le genre de relief qui au final vous donne la sensation d'avoir fait plus de montées que de descentes. Ce début d'étape est d'une plénitude totale (mis à part le relief donc...). J'adore ces matins où les nuages caressent la montagne avant de venir embrasser la plaine, m'apportant ainsi une fraîcheur très agréable et donnant de la valeur à ces paysages un peu monotones. Un cadre remplis d'émotion, dans lequel j'ai le privilège de donner quelques coups de pédale.

Dans la plaine, je suis seul, ou presque... Seuls les veaux (qui ont la chance d'être en plein air et non pas en batteries) et les vaches sont là pour me saluer, intriguées, parfois effrayées. (j'en profite pour m'excuser auprès du propriétaire du cheval fougueux qui a cassé quelques clôtures en prenant la poudre d'escampette... Ce doit être le drapeau qui lui a fait peur, ou bien ma vitesse excessive...!). Après 25 kilomètres, je trouve le premier pâté de maisons: 2 habitations se trouvent côte à côte, à moins de 100 mètres de distance... C'est ici aussi que je croiserai la quatrième voiture de la matinée. On n'est jamais tranquille ! Je traverse donc la campagne Néo Zélandaise, grande productrice de lait (pas de brebis ici, ce sera pour plus tard) et où l'on ne doit pas atteindre une densité de 10 habitants/km carré.

Ce moment paisible s'arrête brutalement lorsque je rejoins la route numéro 29, qui relie Tauranga à Rotorua. Les camions (encore eux !) que j'avais eu le temps d'oublier sont de nouveau très nombreux.

Les nuages ne voulant pas descendre, je suis allé les chercher en haut d'une montée de plus de 5 kilomètres. Je trouverai alors les premières gouttes de pluie du voyage. Enfin !! Mais la pluie ne tombe que sur les hauteurs, et la longue descente me permet de me sécher avant d'arriver à Tauranga. J'ai fait 82 kilomètres, il est 14h00. Fin de l'étape. J'en profite alors pour aller au centre de don du sang où aura lieu la collecte de sang de demain. Ils ne m'attendaient pas si tôt ! Je trouve ici Toni qui travaille ici. Elle est chargée de recruter des nouveaux donneurs. Elle me propose de m'héberger pour la nuit. Ce n'est pas de refus ! Elle me fait visiter un peu Tauranga. Il s'agit d'une ville de 100 000 habitants qui possède le deuxième plus gros port de Nouvelle Zélande. Elle m'explique aussi que la plus grosse économie de Tauranga est tournée vers la production de Kiwis (le fruit, cette fois-ci). Puis nous allons dans un petit parc qui possède plusieurs arbres natifs de Nouvelle Zélande... Un petit coin de paradis. Finalement nous regagnons sa maison qui offre une vue superbe sur Tauranga et le Pacifique. Je fais alors connaissance avec son mari, Graeme. Il me dit que son arrière grand père avait gagné le Tour de France en 1895. Il doit s'appeler René Bieleski ou Bieleka. Je vous laisse chercher !

Demain c'est repos donc. En fait j'ai rendez vous à 10h00 à la station de radio pour une interview. J'ai quartier libre l'après midi, j'en profiterai pour faire plus ample connaissance avec cette ville charmante. Je dois également rencontrer un journaliste pour le journal local, mais ce sera pour jeudi, 10h00 du mat', juste avant de reprendre la route pour Rotorua. Je vous raconterai tout ça !

Après ces 5 jours passés ensemble, dans la campagne Néo Zélandaise, le fait le plus marquant est pour moi cette verdure omniprésente. Cette campagne est verte, splendide, et représente ce qu'on imagine de plus naturel (terme que l'on utilise dans sa conception moderne, puisqu'en fait l'empreinte de l'homme est présente partout). Mais lorsque l'on regarde de plus près, on a de quoi être déçu. C'est mon cas, lorsque je regarde le bord des routes, encombrés de déchets de tous genres... Ce sont des choses que l’on ne voit pas, ou très peu, en voiture, mais qui vous sapent le moral à vélo. Et je suis très surpris de voir, dans un pays comme la Nouvelle Zélande, que l'on voit vert, naturel... autant de déchets sur les bords de route : bouteilles de verre, en plastique, en ferraille, chaussures, emballages divers, journaux et magazines, CD et K7, sans oublier les deux incontournables : les emballages made in Mac Donald et Burger King, qui embellissent de leur couleur vives les campagnes environnantes de toutes les villes du monde. Mac Drive : Roulez, Mangez, Jetez, ou comment passer un moment convivial avec ses enfants, en mangeant une nourriture saine et équilibrée tout en respectant l'environnement et les paysans... Le tout dans un 4X4 ou une voiture tunning, bien entendu ! J'ai même pu voir une boite de préservatifs, alors que le matelas correspondant attendait sagement dans un lit... de rivière, 35 kilomètres plus loin ! Quand à la télévision trouvée sur le bas côté de la côte de Whenuapai, je n'ai aucune explication rationnelle quand à sa présence ici...

A croire que les Kiwis passent leur vie dans leur voiture... ce qui n'est pas forcément faux d'ailleurs. On n'arrête pas de vous dire que la voiture est VITALE en Nouvelle Zélande, qu'il est impossible de survivre sans. Les jeunes ont le permis à 15 ans, les voitures tunning polluent les rues d'Auckland (et la campagne aussi). Et là aussi, conduire une voiture qui consomme du 20 litres aux 100 kilomètres (ou sûrement plus) ne reflète pas une conscience environnementale forte. Dans les deux cas, je ne comprends pas le concept de jeter ses déchets par la fenêtre, ni celui de rouler avec des voitures si polluantes...

Je me tourne de nouveau vers les Kiwis pour vous demander de réagir par rapport à ces propos, que vous trouverez peut être trop durs... Et pourtant, même ce matin dans une campagne où je n'ai croisé que 5 voitures, mon regard se détachait des montagnes pour se poser sur des bouteilles ou sacs plastiques... Et que penser de ce taureau qui doit faire le tri entre herbe fraîche et bouteille de verre... Le tri sélectif devrait se faire bien avant à mon avis.

Voila, ça faisait longtemps que je voulais parler de ça, car c'est à mon avis un problème majeur en Nouvelle Zélande. Ce pays est magnifique, grand, peu peuplé. Il possède une faune et une flore exceptionnelles. Il représente dans l'imaginaire de beaucoup le pays écolo par excellence. Mais en fait on se rend compte que la conscience environnementale ne fait pas du tout l'unanimité. Je serai curieux de savoir, par exemple, ce que pense le gouvernement de tout cela. Nous sommes à quelques jours des élections gouvernementales. Les différents partis d'opposition proposent-ils des solutions ? Soulèvent-ils le problème de l'environnement ? Ou bien au contraire tout le monde se dit que ce pays est encore vert et propre, et on n'a pas besoin de changer de comportement ni de mentalité ? Je n'ai pas du tout suivi la campagne électorale, je ne peux donc pas y répondre... Merci de le faire sur le forum ! Et chers amis anglophones, n'hésitez pas à répondre en anglais. Nous, français, sommes désespéramment mauvais dans l'apprentissage des langues, et cela nous fera le plus grand bien de lire un peu d'anglais ! J'attends donc avec impatience vos commentaires. Kiwis et environnement, quel est votre point de vue sur la question ?

Voilà pour aujourd'hui. Il est 22h00. Je vais essayer de faire un petit tour sur ce fameux forum aussi, puis je vais aller me coucher. Demain debout 6h00...

A très bientôt, et merci pour tous vos encouragements, ils me vont droit dans les mollets !!

Julien
 


 
Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Voyage du bout du monde, 2700 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2006.

Prix public : 14 euros.
couverture_nz.jpg