Nouvelle-Zélande 2005 (2750 km) acheter le livre

Longue descente jusqu'à Gisborne

Matawai - Gisborne photos de cette étape

le 15/09/2005

  • nombre de km prévus : 102
  • nombre km effectifs : 87
  • temps prévu : 5h00
  • temps effectif : 4h00
Gwens holiday pix 177Gwens holiday pix 179Gwens holiday pix 180Gwens holiday pix 181Gwens holiday pix 185Gwens holiday pix 186Gwens holiday pix 189Gwens holiday pix 198

Longue descente jusqu'à Gisborne

Il a plu toute la nuit, jusqu'au moment où je décide de plier la tente, à 6h00. Alors, les nuages se taisent et attendent patiemment que je me prépare. J'ai une chance inouie depuis le départ. Je n'ai eu qu'une petite douche à Tauranga. Hier, là où Antji me disait qu'il ne fallait pas espérer rester au sec, je voyais tomber la pluie tout autour de moi, mais jamais là où j'étais. Et ce matin même chose, la pluie s'arrête pour me laisser pédaler...

L'étape débute comme elle s'est terminée hier, dans une plénitude exceptionnelle. Mais mon rêve s'évapore dans une trainée de pluie laissée derrière le passage d'un camion. Me voilà à Matawai, sur la route numéro 2 de Nouvelle-Zélande... Mais les paysages n'en sont pas moins somptueux. Dommage que la Nouvelle-Zélande ne se soit pas une femme, je l'épouserai sur le champs ! A ma gauche, des arbres coiffés par le vent me montrent que je me dirige vers la bonne direction. Ce vent me pousse en haut des petites côtes et me fait rouler à vive allure sur les longues descentes. J'ai certainement approché les 1000 mètres d'altitude hier, et il me faut regagner la mer à Gisborne aujourd'hui. La journée s'annonce peu difficile !

Le temps de changer de chambre à air après une crevaison, et me voilà dans la grande plaine de Gisborne. L'élevage de brebis laisse place aux orangers et aux vignes. On y produit ici du Chardonnay ! Ah, le vin néo-zélandais... Ce vin aux arômes très forts que, désolé, je n'ai pas réèllement aimé... Il faut dire que je ne suis pas un amateur de vin (mauvais français que je suis !), et que je ne l'aime que sucré. Or, le vin néo-zélandais est sec en général... Et en plus de cela il est très cher (comptez au moins 8 euros pour une bouteille raisonnable...). Dans un pays où l'on vous explique que tout est cher car tout doit être importé... Ce produit est local mais trouve quand même le moyen d'être cher ! Ce doit être dû au fait que la demande est bien supérieure à l'offre... Ils auraient tord de s'en priver !

Bref, me voila arrivé à Gisborne à 13h00 après 87 kilomètres et 4 heures de route (le vent m'a bien aidé !). Je suis accueilli par Warwick Steggall du Rotary club de Gisborne et sa femme, Yvonne. Je passerai deux nuits dans leur backpaker "Sycamore". Je me dirige ensuite vers la plage où James Cook posa pour la première fois le pied en Nouvelle-Zélande, en 1769. Oui je sais, cela fait deux fois que je vous dit ça ! Mais en fait j'ai commis une petite erreur historique dans le Coromandel. La Cook Bay est en fait la plage où Cook hissa pour la première fois le drapeau britannique en Nouvelle-Zélande... C'est aussi la plage où il observa le passage de Mercure sur le soleil lors de son premier voyage... Mais il s'agit bien de la plage de Gisborne où il mis le pied la première fois en Nouvelle-Zélande... Et d'ailleurs sa rencontre avec les maoris fut désastreuse. Les maoris furent effrayés par ce grand bateau et ces hommes blancs. Du coup, ils ont fait peur aux Européens qui les ont tous massacrés... Tous les maoris furent tués, et Cook reparti aussitôt, sans prendre de vivres. D'où le nom de Poverty Bay...

Je me retrouve sur cette magnifique plage, et me dit que James Cook ne choisissait pas les endroits les plus dégueulasses pour s'arrêter ! Je me dis aussi que j'ai une chance inouie d'être là, au bout du monde, dans un pays magnifique qui s'offre à moi. Je suis empris d'une sentiment bizarre en marchant sur cette plage. Je me sens bien, je suis heureux d'être là, heureux de faire ce tour, de découvrir ainsi ce pays. Si j'étais venu ici en voiture, j'aurai certaienement pris deux trois photos de la plage et de la statue de Cook (voir photo !), et je serai reparti vers Napier. Mais là je prends le temps nécessaire pour déguster ce voyage. Magnifique !

Après cela j'ai fait une courte visite du "Stone Studi NZ", où Sandra Parker m'accueille avec son plus beau sourire. Cette petite entreprise façonne la "greenstone" (pierre verte que l'on trouve dans les rivières de l'île du Sud) pour en faire des objets de décoration ou des pendentifs. Je suis amoureux de cette pierre, jadis utilisée pour façonner des armes ou des outils par les maories. (j'ai moi-même un petit collier (un de plus...) depuis quelques mois déjà...). Sandra m'explique comment ils travaillent cette pierre. Ca ressemble à une séance de dentiste ! Je vous laisse visité son site internet pour tout savoir sur cette magnifique pierre : http://www.stonestudionz.co.nz

Demain c'est repos. J'ai une interview radio de prévue seulement. J'en profiterai pour bien me reposer et pour visiter aussi. Je vous dit à très bientôt donc, direction Hastings, pour la prochaine collecte de sang !

Julien

PS : j'en profite d'être à l'autre bout de la terre pour faire un petit clin d'oeil à Bibendum (derinères photos). Pour tous les Kiwis qui ne le savent pas, le pneu Michelin est fabriqué à Clermont-Ferrand, la ville où je fais mes études ! Voilà voilà !!
 


 
Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Voyage du bout du monde, 2700 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2006.

Prix public : 14 euros.
couverture_nz.jpg