Balkans - Carpates 2007 (4054 km)

Le jour le plus chaud de toute l'histoire de la Macédoine...

Ohrid - Mavrovo photos de cette étape

le 24/07/2007

  • nombre km effectifs : 110
  • temps effectif : 7h00
DSC00887DSC00890DSC00891DSC00895DSC00896DSC00897DSC00898DSC00899DSC00907

Le jour le plus chaud de toute l'histoire de la Macédoine...

Nous nous levons à 4h00 du matin pour échapper aux griffes du patron, Etre dans l'illégalité met les sens aux aguets mais donne un peu de piment au voyage, qui en manque un peu à mon goût...

Après Struga, nous longeons la rivière descendant du lac d'Ohrid. Elle s'élargit une première fois au niveau d'un barage hydroélectrique. Serpentant dans une montagne boisée, sa surface verte est presque alléchante. Presque dis-je, car les nombrueses bouteilles en plastique flottant y donne beaucoup moins de charme...

Après le barrage, la vallée se ressert en une étroite gorge qui se ressert un peu plus loin. Nous traversons deux petits villages sans nom avant d'arriver à Debar. Petite ville située sur un étroit plateau dominant de 30 metres la riviere, cette ville nosu fait tout de suite bonne impression. Les gens nous saluent de nouveau et nosu sourient, alors que depuis notre entrée en Macédoine nous avons été plutot marqué par l'indifférence des macédoniens. Une maison affiche trois belles chaises bleue turquoise. Plus loin des odeurs de grillades émoustillent nos papilles alors que la musique orientale égaye les rues. Près du centre ville, des chevaux tirant une charette en bois sont garés en épis. Sur chaque côté est marqué en grosse lettre "TAXI". L'un d'eux est dyslexique : "TAIX" !

Nous nous arrêtons au centre. Un vendeur de melons traverse la rue pour nous en offrir un. Plus loin un barbier parlant parfaitement bien français nous interpelle. Au café les gens nous regardent avec insistance et nous sourient alors que nous mangeons avec groumandise des Lokoums multicolors. Un macédonien vivant en hollande vient nous saluer et nous demande ce que nous faisons ici. Peu habitués a voir des touristes, ils sont ravis de nous voir arrêtés ici. On lui explique le voyage a vélo et il nous quitte en disant qu'il donnera son sang de retour en hollande. En fait nous sommes dans une partie de la Macedoine peuplee en grande partie par des Albanais (plus de 80%). On retrouve donc les sourires et attentions qui nous avaient plu dans ce pays voisin.

Nous retournons voir notre barbier. Kaloch nous recoit avec son grand sourire. Je m'assois pour la premiere fois dans la chaise d'un barbier et repense à la dernière fois que je me suis rasé. Cela devait être le 31 decembre dernier... Il manie le blaireau avec vivacité, change la lame de son rasoir (ouf !) puis me rase avec habileté. Le geste est vif et précis alors qu'il continue à nous parler avec son excellent francais belge. Il nous explique que lui aussi est albanais comme nonente cinq (95) pour cent des 15000 habitants de Debar. Ainsi, pendant la dictature communiste en Albanie, il n'a pas pu voir les membres de sa famille, car aucun échange n'était possible avec ce pays. Meme une mouche ne pouvait pas traverser la frontiere rajoute un de ses clients parlant également tres bien francais.

Le rasage terminé, il me badigeonne avec plusieurs produits, alternant piquant et douceur. Il termine la séance par un massage vigoureux au niveau du front, des tempes puis des épaules. C'est sur une dernier sourire que nous quittons Debar à 13h30. Ces trois heures passés dans cette ville ont été enchanteresses. Les gens y sont très sympathiques, ce qui rend cette ville d'apaprence banale tout a fait charmante et insolite. Pour sûr, un arrêt à Debar est incontournable pour tout trajet entre Ohrid et Skopje, et une halte chez Kaloch le barbier est une option sympathique.

13h30 n'est certainement pas une bonne heure pour repartir. Aujourd'hui est le jour le plus chaud que la Macedoine n'ai jamais connu. 46 degrés Celsius, qui dit mieux ? Avant de redescendre au niveau de la rivière, une petite montée nous fait regretter la ville. Mais finalement nous trouvons du réconfort a nous baigner un peu plus loin dans l'eau très fraiche de la rivière Radika. Nous y mangeons les fruits et légumes achetés a Debar, ainsi que le melon offert par ce paysan accueillant.

Nous repartons apès 17h00. On nous a annoncé une difficle montée pour rejoindre Mavrovo. Les vingt premiers kilomètres se font en suivant la rivière, a l'ombre de la montagne. La vallée s'est franchement resserée et nous évoluons maintenant dans un canyon. Nous sommes dans le parc national de Mavrovo, qui dénombre 52 sommets à plus de 2000 mètres d'altitude, dont le Golem Korab (2764m), le point culminant de Macedoine. Et notre rivière n'est qu'à environ 700 mètres d'altitude... L'aiguille de la mosquée de Jance parait bien petite, écrasée par la montagne. A flanc de côteau, c'est le dernier village que nous voyons avant le lac de Mavrovo. La route s'élève finalement. La montée se fait en compagnie des taons, qui nous harcelent pendant de trop nombreux coups de pédales. Pour ma part, je comptabilise 4 piqûres sanctionnées par 7 meurtres !.

La chaleur de l'après midi et la longueur de l'étape (deja plus de 100 km au compteur) nous font gravir la dernière pente avec peine. Un camion nous double avec lenteur. Je prends sa roue et profite de son aspiraton pendant plus d'un kilomètre, puis prend un cable s'y detachant et me fais tracter ainsi sur les 500 derniers mètres avant d'atteindre le lac. Finalement, cette côte n'était pas si terrible ! J'attendrai Berengere quelques minutes. Il faut que je prenne du temps pour lui dire comment pouvoir profiter de l'aide des véhicules lents !

C'est un peu plus loin que nous camperons. L'appétit ne m'est toujours pas revenu et je boude les pâtes. Demain est un autre jour. Le dernier jour avant une journée de repos, enfin. Depuis le début de ce tour, je n'ai pas passé un jour sans pédaler...