Tour d'Europe 2004 (5433 km) acheter le livre

C’aurait pu être une belle journée…

Dunekamp - Utrecht photos de cette étape

le 25/07/2004

  • nombre de km prévus : 218
  • nombre km effectifs : 177
  • temps prévu : 9h00
  • temps effectif : 8h05
etap 26 001etap 26 009etap 26 013etap 26 027etap 26 029

C’aurait pu être une belle journée…

Carte26.gif

Nous sommes en Hollande, le royaume du vélo. Le relief est on ne peut plus plat, les maisons en brique sont très belles, les gens aiment les cyclistes et les respectent, il y a des pistes cyclables partout… C’aurait pu être une belle journée.

… Malheureusement, le temps n’était pas à la fête. Vent de face et pluie à volonté sont au programme de la journée. Les grandes lignes droites sont interminables. Le vent nous repousse toute la journée. Alors t’appuie sur les pédales comme tu peux, et tu vois que t’as du mal à dépasser les 20 km/h… Démoralisant. Ce pays est vert. On ne se croirait pas au mois de juillet. Et savez-vous pourquoi il est vert ? Parce qu’il pleut tout le temps !!! La pluie nous a arrosé toute la journée. A vélo ce n’est pas super amusant ; en moto, c’est encore pire ! Fabien a du rouler très doucement pour rester sur ses deux roues, et il s’est gelé toute la journée à m’attendre. En plus, nous n’avions pas fait la photocopie de la carte. Et comme on est dimanche, tout est fermé… Je suis parti avec quatre noms de villes ou villages à traverser, et ait laissé la carte à Fabien. Mais je me suis planté de route assez rapidement. Les pistes cyclables sont vraiment géniales. Seulement, souvent, elles s’interrompent avant un pont ou un grand axe. Et là, c’est le système D ! Aucune indication pour les cyclistes… démerdez vous. Et pas question de prendre la route normale, qui est interdite aux cyclistes ; tous les automobilistes te klaxonnent et te disent qu’il y a assez de pistes cyclables pour ne pas avoir à emprunter ces routes… Chacun a sa place en Hollande. Du coup, alors que Fabien avait fait 40 km pour rejoindre Rijssen, j’en ait fait le double… La Hollande, le pays du vélo… La traversée des villes est une horreur pour les cyclistes. J’ai tourné pendant 20 kilomètres dans Almelo pour finalement trouver la bonne route… Galère.

Autre galère. Fabien a tombé la moto au démarrage. Il a tapé le casque contre un tuyau est s’est bien fait mal à l’épaule. Mais rien de bien grave, ça fera juste un bleu en plus ! La moto s’est retrouvée les deux roues à l’air. Impossible de la relever. Deux motards l’ont vu galérer et se sont arrêtés. Ils ont été surpris du poids de la bécane… quand on vous dit qu’elle est lourde ! Finalement ils la remettent sur pied. Il y a juste la poignée de frein qui est tordue… Tout va bien…

Finalement, après 177 kms et 8h05 de bourrinage contre le vent, on arrive au camping, pas loin d’Utrecht. Je suis bouffé par les crampes. Il a fait froid, il y avait du vent ; on ne pense pas à boire, et voilà ce que ça donne ! On se dit qu’on en a enfin terminé avec cette fichu journée, qui doit être la pire depuis le début. On va pour s’installer à notre place de camping, une bande de jeunes filles se sont installées sur notre place. Ce n’est pas bien grave, on va se mettre à côté. Tant qu’on a l’électricité… L’herbe est bien verte là où on veut poser notre tente. Forcément, elle est nourrie au fumier, qui n’est pas fini de décomposer ici ! Youpi, c’est la fête, la journée n’est pas terminée apparemment ! Alors on demande à nos voisines si on peut s’installer à côté d’elles. Après tout, c’est notre place. Pas de problèmes ! C’est cool, on plante la tente, on enlève les valises et déballe toutes nos affaires. Alors qu’on est tranquillement posé, enfin, Une voisine de la bande, qu’on n’avait pas encore vue, s’emmène et nous dit que ça ne va pas, qu’on les dérange. ????? V’là autre chose ! Après des négociations stériles, on déménage. Comment leur expliquer qu’elles sont stupides et qu’elles nous font vraiment ch… ? Elles nous ont quand même aidé à porter les valises à l’autre bout de la parcelle. Eh oui c’est lourd, allé dépêchez vous on a envie de se poser ! Finalement où on se pose il y a aussi du fumier… On aura une litière pour dormir au moins !

Après une journée comme celle là, on a envie de se prendre une bonne bière, sachant que demain, c’est repos. On commande deux grosses bières. On nous sert deux petits verres de 20 cl… Ils n’ont pas plus gros. On a oublié qu’on a quitté l’Allemagne… A côté, 4 femmes cinquantenaires sont complètement bourrées. Comment peut on être bourré en buvant de verres aussi petits ?! Une d’entre elle s’approche de Fabien et commence à lui caresser l’épaule. Doucement madame. Elle lui demande s’il a froid, l’air de dire qu’elle peut le réchauffer. Au revoir madame. On regagne nos tentes avec ça.

Plus aucun doute, il s’agit bien de la pire journée du Tour ! Et pourtant ce pays est vraiment très beau. Seulement il y a des jours où il vaut mieux rester coucher… Demain nous pensons visiter Amsterdam. Mais tout dépendra du temps. S’il pleut comme hier, on restera au camping… Pourvu qu’il fasse beau ! Le lendemain, nous rejoignons Bruxelles où le Rotary Club et la Croix rouge nous attendent. La dernière collecte de sang du Tour s’y produira.

A bientôt

Depuis le départ, nous avons parcouru 4253 kilomètres, en 163h40 minutes.