Tour d'Europe 2004 (5433 km) acheter le livre

On quitte la Croatie en stars ! Plutôt sympa !

Zagreb - Keszthely photos de cette étape

le 04/07/2004

  • nombre de km prévus : 160
  • nombre km effectifs : 225
  • temps prévu : 7h45
  • temps effectif : 8h40
Etape 12bi 011Etape 12bi 021Etape 12bi 025Etape 12bi 033Etape 12bi 039Etape 12bis 001Etape 12bis 005Etape 12bis 011

On quitte la Croatie en stars ! Plutôt sympa !

carte12.gif 

 

On quitte la Croatie en stars ! Plutôt sympa !

Nous étions à Zagreb toute la journée d’hier. Nous étions attendu au centre de transfusion à 9 heures du matin. La télévision nationale nous attendait pour faire un reportage sur le don du sang et notre Tour d’Europe (photo 1). Les donneurs ont signé notre drapeau (photo 3 et 4). 7 membres du Rotary Club de Zagreb sont allés donner leur sang dans la semaine pour notre passage. Chacun ayant ses obligations, ils ne pouvaient le faire aujourd’hui. Nous en avons profité pour échanger les fanions des deux Rotary Club (photo 2) et Zoran Horvat, le président du Rotary de Zagreb a signé notre livre d’or. Cette matinée était vraiment très agréable et très importante pour notre action. Le Rotary Club de Zagreb a vraiment joué le jeu à 100 %. Plusieurs d’entre eux ont donné leur sang, ils nous ont accueilli d’une manière formidable et ont permis de faire la promotion de notre action grâce à la télévision. Notre passage en Croatie est une merveilleuse réussite, et restera également comme un grand souvenir. Vous remarquerez nos magnifiques casquettes et tee-shirt, qui sont des supports publicitaires du don du sang croate ! On a joué le jeu à fond nous aussi ! Au total, 11 croates ont donc signé notre drapeau.

Suite à cela, nous sommes donc allé visiter Zagreb, guidés par 4 membres du Rotaract très sympathiques (photo 5). Nous n’avions que très peu de temps, d’autant plus que nous devions actualiser le site, pour nos très chers internautes ! La visite guidée était sympathique. Nous avons vu la grande cathédrale (elle était en travaux, donc nous ne l’avons pas prise en photo…). En contrepartie, nous avons également vu une magnifique église (photo 6), avec sur le toit l’écusson de Zagreb (à gauche) et l’écusson présentant les différentes régions de la Croatie (à droite). Après avoir mangé, nous sommes allé dans la montagne dominant la ville, au nord. La ballade est somptueuse. La route, à sens unique sur plus de 6 kilomètres, nous fait grimper à plus de 1300 mètres d’altitude, dans une forêt de feuillus grandioses, composée principalement de hêtres. Au sommet, s’offre à nous une vue imprenable sur Zagreb d’un côté, et le nord de la Croatie de l’autre. De nombreuses personnes nous avaient conseillé de gagner la montagne ; la promenade vaut largement le coup d’œil ! (photo 7 ; photo 8, 9 et 10 : vue sur Zagreb)

Après avoir passé plus de trois heures à flâner dans les bois, nous sommes redescendus en ville. Comme nous avions du temps avant de dîner, nous nous sommes arrêtés boire un « pivo ». Chacun son verre (photo 11). Vous comprendrez le quel est à qui, j’espère ! Le pivo croate ne vaut pas le pivo slovène (Armel, à ta santé ! Ce qu’il ne faut pas faire pour être le plus complet dans nos reportages culturels… !). Nous avons goûté des bières vraiment très bonnes en Slovénie. En revanche, la croate est plus amère et a moins de personnalité, moins de goût. Dans les produits du terroir, nous vous conseillons donc plutôt de vous pencher sur les pastèques croates. Elles sont énormes et succulentes. Elles se mangent sans faim et se boivent sans soif (tout comme les bières slovènes par ailleurs).

Voilà pour ce qui est de notre journée de repos, qui, pour une fois, a vraiment été reposante. Ce matin, nous ne savions pas trop quelle distance allions nous parcourir. Soit nous nous arrêtions juste après la frontière croate, dans un camping hongrois, à Gyékényes. Cela nous ferait environs 150 kilomètres à parcourir. Ou alors on est en forme et on rejoint directement le grand lac de Balaton, au long duquel fleurissent les campings. C’est vrai que si les jambes ne se sont pas trop rouillées pendant cette journée, alors ce serait chouette de rejoindre ce lac, qui est, aux dires de beaucoup, vraiment très beau, mais également très touristique. Cela dépendra également du temps. Ils ont annoncé une journée très chaude…

Nous nous levons donc à 5h30 pour profiter un maximum de la fraîcheur matinale. Nous retrouvons nos belles routes croates. En fait, ces routes formées de blocs de bitumes collés les uns aux autres emble être spécifique à Zagreb. En effet, nous avons retrouvé un enrobé tout à fait ordinaire lorsque nous avons parcouru 30 kilomètres environ et étions en dehors de la ville. Mis à part donc la capitale, les routes sont en bon état, tout à fait praticables en vélo.

Les paysages n’étaient pas sensationnels. Nous avons traversé une plaine, avec ses maïs et céréales. Cependant, rien à voir avec la plaine du Pô ! Beaucoup moins de circulation, odeurs plus seines… Cette journée a été plaisante sur de nombreux points. Tout d’abord, le relief n’était pas exigeant, mis à part quelques petites côtes à 8, 10 voir 12 %, et des descentes du même ordre. Mais dans l’ensemble, le relief de la journée était propice à faire une grosse moyenne. Ensuite, nous avons vu des cigognes toute la journée (photo 12). Il y en a partout ! Fabien l’ornithologue de l’équipe, m’explique qu’elles viennent passer l’été ici, avant de regagner l’Afrique pour l’hiver. Enfin, les 130 kilomètres effectués en Croatie aujourd’hui étaient super excitant. Nous étions passé à la télévision nationale la veille. Ainsi, de nombreuses personnes nous avaient vu, et avaient vu le drapeau que Fabien a derrière la moto. Tout le monde faisait des grands signes amicaux à Fabien du genre « bonjour toi, j’te connais ! ». C’était vraiment génial. On traversait parfois les villages ensemble, côte à côte, et c’était vraiment amusant de voir tous les gens se retourner et nous faire signe. Nous nous sommes arrêté à un café, histoire de se désaltérer. A notre arrivée, tout le monde a regardé dans notre direction. Un peu gênant ! Comme nous étions dans un café, un petit mot pour parler des chocolats croates. En fait, lorsque vous demandez un chocolat dans un bar croate, on vous sert une espèce de crème au chocolat… rien à voir avec nos chocolats a nous. C’est très bon, mais ça surprend ! Bref. Donc voilà, nous avons traversé la Croatie en stars ! On aurait su, nous n’aurions pas traversé la frontière et aurions continué pour faire un Tour de Croatie !

Mais nous avons passé la frontière après Koprivnica, à Gola (quelle transition !). Nous nous arrêtons un peu avant pour dépenser nos derniers Kuna, qui est la monnaie croate. La conversion en euro est relativement facile puisqu’un Kuna équivaut, grosso modo, à un franc. En fait, il faut 7,5 Kuna pour faire un euro. Fabien voulait faire le plein de la moto. Il s’arrête auprès d’un groupe de personnes pour savoir s’il y a une station dans le coin.
« Do you speak english ?
- Yes, You are the Europe Tour ?
- Euh…yes!"
Marrant! Finalement il n’y avait pas de station! Alors on s’arrête dans un bar un peu avant. On voit une épicerie juste à côté. La phrase habituel : « Do you speak english ? ». A phrase habituelle, réponse habituelle en Croatie (mais encore plus en Hongrie) : « Deutch ? ». Beaucoup de personnes parlent allemands, beaucoup moins anglais. Finalement une jeune demoiselle vient vers nous. « Can I help You » « Yes yes yes !! » On lui explique qu’on a 50 Kunas à dépenser. On aimerait investir dans un spray anti moustiques, car c’est un véritable fléau ici ! C’est impressionnant de voir autant de ces bestioles. Et puis ce ne sont pas des pacifistes ! A peine assis que vous vous faites attaquer par une horde de dards volants, tels des pyranas affamés ! On aimerait bien manger quelque chose aussi, mais l’épicerie est fermée. Elle va voir les patrons et finalement ils nous ouvrent ! Ils n’ont rien contre les moustiques… on évitera de s’arrêter alors ! Il nous reste encore quelques Kunas pour boire un coup. La demoiselle nous demande d’où nous venons.
- France.
- Et que venez vous faire ?
- Nous faisons un Tour d’Europe.
- Ah, c’est chouette.
- Oui oui, d’autant plus que nous le faisons pour le don du sang.
- Ah mais oui ! Je vous ai vu à la télé hier ! Je savais que je vous avais vu quelque part. Mais au début je croyais que vous faisiez les Jeux Olympiques… !

Nous avons discuté un peu avec cette demoiselle avant de nous remettre en selle, direction, la Hongrie, notre 4ème pays ! Nous n’avons pas beaucoup vu de la Croatie. Nous sommes restés le long des grands axes et ne sommes pas rentrés dans la campagne comme nous l’avions fait en Slovénie. De plus, l’attraction majeure de la Croatie est la côte adriatique ; mais nous n’y sommes pas allé… Ce sera pour une autre fois !

Les cigognes sont toujours là, accompagnées par les moustiques, toujours aussi friands de touristes ! La plaine, puis une succession de montées descentes, nous conduit jusqu’à Keszthely, petite ville au bord du grand lac Balaton, le plus grand d’Europe. Ce que nous avons vu de la Hongrie pendant les 100 kilomètres d’aujourd’hui, est bien différent des autres pays. Ce pays semble être beaucoup plus pauvre. Nous avons traversé un petit village qui laissait apparaître une grande misère. Fabien et moi avons été choqués, d’autant plus que quelques kilomètres plus loin, le long du Balaton, le climat économique semble être tout autre.
Les voitures ressemblent à celles de nos grands parents. Nous voyons des Skoda, des vieilles Fiat ou d’autres vieilles carcasses dont on n’a pu déterminer la marque (photo 21). La clio que nous trouvions en Croatie et en Slovénie est remplacée ici par ces vieilles voitures d’un autre temps pour nous.
Une chose typique de ce pays : lorsque vous traversez les villages, vous voyez, le long des maisons alignées, des bancs près de chaque portail (photo 20). Ici s’assoient les anciens du village, qui observent ainsi tout ce qui se passe devant chez eux ! Ils se regroupent à 2, 3, 4 ou plus et doivent passer la journée ici. Ces bancs semblent être des lieux de sociabilités très forts, des lieux d’échanges entre les générations, où les anciens racontent leurs histoires aux plus jeunes.

Finalement nous sommes arrivés au camping Castrum à Keszthely à 19h00, après avoir parcouru 225 kilomètres. Avec une moyenne de 26 km/h, il nous a fallu 8h 40 min. Nous sommes allé voir ce fameux lac, pour nous détendre un peu. L’eau est beaucoup moins claire que celle des rivières de Slovénie ! On ne se baignera pas ce soir. (photos 22 et 23)

Demain nous continuons notre remontée vers le nord, en direction de Vienne. La Hongrie est vraiment très bon marché. Nous avons très bien mangé hier soir, pour seulement 5 euros chacun. L’Autriche, et spécialement Vienne, est beaucoup moins bon marché. Nous resterons donc peut-être en Hongrie, prés de la frontière autrichienne et irons visiter Vienne en moto, comme ce n’est pas trop loin.

Depuis le départ, nous avons parcouru 1970 kilomètres, en 82h05 minutes.