Balkans - Carpates 2007 (4054 km)

Entrée au kosovo

Zlatiri - Pristina photos de cette étape

le 11/07/2007

  • nombre de km prévus : 120
  • nombre km effectifs : 110
  • temps prévu : 8h00
  • temps effectif : 7h00
DSC00117DSC00118DSC00119DSC00121DSC00124DSC00130DSC00131DSC00134DSC00143

Entrée au kosovo

Aujourd'hui nous continuons notre course vers le sud. Nous sommes dans une Serbie bien plus pauvre que le nord (Voivodine notammment). Ici, aucun signe de richesse n'est visible. Les rivières sont nauséabondes, les poubelles inexistantes ou pleines depuis des années, les maisons n'affichent aucune couleur ni apparats, beaucoup sont partiellement construites. Un ami Serbe de Catherine nous avait dit que nous nous dirigions vers la partie la plus pauvre de Serbie. Cela se lit partout, dans les regards, les visages, les maisons et bien sûr les voitures.

De Blace ne ressort aucune gaite apparente. Celle ci ne vient qu'une fois assis à une table d'un café. Le sourire du patron, accueillant et complaisant devant notre serbe inexistant, la musique dynamique qui ressort de ses hauts parleurs. Avec notre the et cafe, on regarde defiler des gens sans sourires.

Le barman est surpris lorsque je lui demande un café (the). C'est quoi ces mecs qui ne boivent pas de thé à 9h00 du matin a-t-il l'air de penser !

 

Il fait 18 degres lorsque nous quittons le bar. La chaleur a nettement diminue, pour notre plus grand bonheur. Un vendeur de cuvettes fait le tour des commerces pour vendre ses produits. Bleu, rouge, grandes, petites, trouees, il y en a pour tous les gouts et il semble trouver quelques clients.
L'effet café sur Sophie est impressionnant. Alors qu'hier elle était épuisée en arrivant à Krusevac, elle a avalé un café puis les 30 km suivants sans probleme. Ici c'est la meme chose. La petite montée a la sortie de Blace est passée innapercue.

Il est 9h00, la traite est terminée. Le paysan laisse ses deux bidons de lait le long de la route pour le laitier et s'en va mener ses vaches au pré. Ils les attachent une à une a un piquet autour duquel elles passeront leur journée. Dans cette campagne, nous pouvons egalement voir beaucoup de plantations de pruniers, dont les fruits serviront principalement a la production de Rakja ou de Slivovica, la gnole locale.

Le relief devient moins doux, et Sophie doit pousser plusieurs fois son velo alors que de sa bouche sortent des bruits bizarres. La respiration lui semble encore une fois difficile, mais encore une fois elle fait preuve de beaucoup de courage. J'ai du oublier de preciser qu'elle n'avait encore jamais fait trop de velo avant de venir ici, c'est donc une grande premiere pour elle. Premiere douloureuse mais non deplaisante !

Les bords de route sont encombres de dechets. Il s'agit a la fois d'un probleme de mentalite, mais aussi et surtout d'un probleme d'organisation de lqa collecte. Ou mettre ses decehts lorsaue toutes les poubelles sont pleines lorsqu'elles existent ?

Kursumlija est notre derniere ville de Serbie avant le Kosovo Apres un long arret nous poursuivons notre route dans une large vallee. C'est dans un pre recemment fauche que nous plantons la tente. Demain nous allons au Kosovo, qui se trouve a 4 kilometres de la. Nous avons fait 68 km.

Deuxieme partie : entree au Kosovo

Skender, responsable marketing du centre de transfusion Kosovar, nous attend à la frontiere a 6h00 du matin. Passer la frontiere semble donner soif, a en croire le nombre impressionannt de bouteilles en tous genres gisant sur le bas cote. Il est suivi par une voiture de securite. Tous deux vont nous escorter jusqu'a Pristina. Beaucoup de personnes, serbes ou autres, nous avaient prevenus qu'il n'etait pas prudent de venir au Kosovo. Finalement nous avons decide d'y aller et cette escorte est rassurane. Mais en fait il n'y a aucun sentiment d'insecurite passe la frontiere. Le Kosovo nous parait meme plus securisant que le sud de la Serbie.

Toutes les maisons sont en construction ici. Skender nosu expliaue qu'en 1999, 80% des maisons ont ete detruites. Alors les kosovars ont tout reconstruit. Nous decouvrons un Kosovo en chantier. Prisitina nous accueille avec le bruit des marteaux piqueurs et des scies a metaux. Une atmosphere poussiereuse remplie les abords de la route. Peut [etre est-ce du aux trottoires de terre, ou bien a l'usine a charbon crachant une epaisse fumee noire.

Nous sommes accueillis au centre ville par toute l'equipe de la croix rouge et du centre de don du sang et du centre culturel francais (un grand merci a Maurenne!). Ils avaient invite les medisas mais aucun n'est venu. On nous explique qu'icic seul 1% de la population donne son sangm ce qui est le ratio le plus faible de la region europeenne. Nous passerons toute la journee avec Skender et Mazllum, le directeur du centre de transfusion, partage entre la visite de centre de don, une grotte situee au sud de Pristina, une conference sur mon voyage precedent dans les Balkans et la visite du rotary club de Pristina.

Il y aurait beaucoup de choses a dire sur le Kosovo. La journee a ete tres riche et interessante. Malheureusement il est deja 6h00 du matin lorsque j'ecris ces quelques lignes, et ile me faut aller reveilelr Sophie pour debuter une nouvelle journee. Aujourd'hui nous allons a Prizren, toujours accompagne par Skender, un homme tres souriant et passionne, qui nous parle beaucoup du Kosovo et de ses particularites... Il a donc de auoi parler !

J'espere avoir plsu le temps de vous ecrire ce soir

Julien