Nouvelle-Zélande 2005 (2750 km) acheter le livre

The forgotten Highway - la route oubliée.

Te Wera - Taumaranui photos de cette étape

le 05/10/2005

  • nombre de km prévus : 120
  • nombre km effectifs : 120
  • temps prévu : 8h00
  • temps effectif : 8h30
572575578580581583585

The forgotten Highway - la route oubliée.

Nous avons quitté notre logement très tôt ce matin, à 7h30, car la journée s'annonce très très longue ! Ce début de journée est magnifique. Il a plu toute la nuit et l'atmosphère est fraîche et paisible. On continue de pédaler de collines en collines, tranquillement. Nous arrivons à Whangamomona après 30 kilomètres. Ici, nous trouvons un groupe de cyclistes. Une femme s'approche et nous demande :
- Vous allez où ?
- Taumarunui
- Nous aussi ! Vous venez d'où sinon ?
- On était à Te Wera pour la nuit. Mais ça fait déjà un mois que je pédale, je fais le tour de l'île du Nord
- Ah, tu es le "blood man" ?!
- Euh, yes !!
- Tu sais que tu es sur le journal d'hier ?
Marrant de faire ce genre de rencontre au milieu de nul part ! Alors je me retrouve devant trois appareils photos ! Séance photo improvisée au milieu de nul part ! Mais nous ne les suivrons pas car ils n'ont aucun bagage et il nous est donc difficile de les accompagner. Bonne route !

Juste après cette séance photo, nous voyons le ciel se noircir. Nous avons juste le temps de préparer nos affaires contre la pluie et nous voila arrosés. La pluie est très forte et continue, et ce pendant plus de 3 heures. Cette fois-ci, pas question de garder le sourire. Surtout lorsque l'on a dû s'arrêter à cause d'une crevaison, alors qu'on était sur un chemin et sous la pluie. C'est bien le moment !! J'ai les mains gelées, il pleut des cordes. Un camping-car arrive alors. Deux jeunes retraités nous regardent avec un large sourire en nous saluant... puis continuent leur route ! Rrrrrrrr!!!! Finalement, je change de chambre à air et on repart. On ne peut plus passer les vitesses, on a les mains gelées. Les descentes se font très doucement, la pluie nous aveugle. Nous nous abritons quelques minutes sous un tunnel, le temps de se ravitailler un peu, puis continuons sous une pluie qui ne cesse... Un calvaire. On se dit alors qu'on a 90 kilomètres à faire comme ça, sous cette pluie. Et pas question de s'arrêter, car il n'y a rien, strictement rien. On ne peut s'abriter nul part. On n'a d'autre choix que celui de continuer notre route...

Finalement, après 30 kilomètres, la pluie cesse et laisse la place au soleil. Nous n'aurons que 40 kilomètres pour sécher, avant de se faire de nouveau arroser. Il s'agit de ces journées interminables, où l’on rêve de feu de cheminée et de couvertures, mais ou la réalité est faite de froid et de pluie. A cela s'ajoute un parcours peu avantageux pour des cyclotouristes fatigués, usés. Les montées se succèdent les unes aux autres. Nous ne pensons plus. Nous ne faisons qu'avancer du mieux que nous pouvons sur cette route que Tina ne verra, finalement, jamais ensoleillée. A chaque nouvelle côte j'entends gémir Tina
- No no no !!

A 19h00, après 120 kilomètres, nous arrivons finalement chez la famille Bacon. Nous avons passé 8h30 sur la selle et sommes extenués. Il s'agit sans aucun doute de la journée la pire côté temps. L'horreur ! Nous nous réchauffons avec une bonne douche et un bon dîner préparé avec soin par Helen, puis allons chercher la voiture que Tina avait laissé au camping. C'était son dernier jour avec moi, demain elle repart à Auckland. Je pense qu'elle se souviendra de cette dernière journée !! C'est le meilleur moyen de ne pas regretter de devoir arrêter !


 
Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Voyage du bout du monde, 2700 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2006.

Prix public : 14 euros.
couverture_nz.jpg