Tour d'Europe 2004 (5433 km) acheter le livre

Matinée galère, après-midi paradisiaque.

Ajdovscina - Ljubljana photos de cette étape

le 29/06/2004

  • nombre de km prévus : 88
  • nombre km effectifs : 123
  • temps prévu : 4h00
  • temps effectif : 6h00
Etape 9 007Etape 9 009Etape 9 027Etape 9 035Etape 9 039Etape 9 043Etape 9 055Etape 9 065

Matinée galère, après-midi paradisiaque.

 

Notre première nuit en Slovénie a été interrompue à 3 heures du mat par un violent orage. Nous étions au camping de kanal et nous nous sommes pris des seaux d’eau sur la tête ! L’occasion pour nous de constater que notre tente n’est pas étanche… Il va peut-être falloir investir dans quelque chose d’un peu plus résistant, et plus grand par la même occasion. Toutes nos affaires et duvets sont trempés au matin (photo 1). Youpi matin, la journée s’annonce bien !

Nous sommes allé prendre notre petit déjeuner avec Peter pour quitter le camping vers 10 heures. Peter nous quitte un peu avant (photo 2), après une accolade à l’allemande : les allemands ne vous serrent pas la main. Ils vous prennent dans leur bras et vous donnent des bonnes tapes amicales dans le dos !

Nous suivons donc le ruisseau de Soca jusqu’à « Most na Soci ». Le bleu turquoise de ce ruisseau est vraiment splendide. Nous sommes au paradis. Les paysages sont somptueux. La Slovénie est une grande forêt montagneuse à travers laquelle s’écoule une eau que l’on ne voit que dans les films (photos 3 à 8).

Alors que nous nous dirigeons en direction de D Trebusia, une route principale, mais pas trop fréquentée, je casse un rayon de ma roue arrière. C’est un truc qui ne m’était jamais arrivé avant. Alors forcément, comme on ne pense jamais à tout, eh bien je n’avais pas de rayon de rechange. Fabien a du aller jusqu’à Tolmin, à 15 kilomètres, pour nous dépanner. Mais la sacoche qui avait eu un petit soucis dans une étape d’avant n’a pas voulu le suivre et s’est éjectée de la moto… Fabien s’est fait doublé par la sacoche avant qu’elle ne traverse la route et s’arrête contre la roue d’une clio qui arrivait en face… ça surprend ! Finalement, encore une fois, plus de peur que de mal. Il revient avec plusieurs rayons ; on répare la roue et on file direction D Trebusa.

Jusque là, nous n’avions emprunté que des routes principales en Slovénie, et voulons voir à quoi ressemblent ces routes secondaires, marquées en blanc sur la carte. Un slovène nous dit que ces routes ne sont pas praticables avec ce genre de vélo… C’est pas grave, on va quand même voir (photos 10 à 15) ! Le début se passe bien, avec un goudron très correct, et surtout un cadre de verdure. La petite route que nous empruntons est longée par un petit ruisseau qui se glisse dans les arbres. Des habitations le suivent, toutes aussi jolies les unes que les autres. Mais on se retrouve souvent à des intersections où les panneaux ne nous renseignent pas de l’itinéraire à suivre. Alors nous n’empruntons pas la bonne route, et nous retrouvons, au bout de quelques kilomètres, engagé dans un sentier, du genre piste cyclable italienne ! On déchausse et on grimpe à pied. On verra bien ce que l’on trouvera en haut ! Le Transalp s’avère ici très adapté à notre périple ! Finalement, nous retrouvons au bout de 500 mètres la route que nous aurions du prendre. Bon, cette route n’est pas enrobée. Il s’agit d’un large chemin caillouteux. Ca dérape lorsque je me mets en danseuse. On va rester assis alors ! Nous croisons tout de même un grand car et un camion, ainsi que plusieurs voitures. Cette route est donc tout à fait carrossable, mais en mauvais état. Cette portion nous enchante ! Nous sommes dans les montagnes, au milieu de nulle part, sur un chemin où l’on ne croise personne, ou presque.

Nous arrivons à SP Idrija vers 15 heures. Nous nous arrêtons dans un bar-pizzeria pour se ravitailler. Puis nous repartons direction Ljubljana, par les petites routes, bien sûr ! Une petite côte à 11 % pour bien digérer… dur dur. Plus loin, la route est de nouveau dans un mauvais état, avec soit des cailloux, soit du sable ! Le voyage prend alors un air de Paris Dakar. A notre arrivée au camping de Ljubljana, nos deux bolides sont pleins de sable (alors que l’orage de la nuit les avait si bien lavés !).

Voilà donc notre première étape en Slovénie. Les paysages sont vraiment somptueux ici. La forêt est omniprésente, l’eau coule en abondance, et les habitations sont splendides La plupart sont carrées, blanches, avec des toits pentus et foncés. L’ardoise ou la tuile sont les plus utilisés. La plupart des maisons sont fleuries, ce qui ajoute une petite touche à ce tableau très pittoresque. A noter aussi la présence de nombreuses église, dans tous les lieux dits (tous les 5 km). Parfois même, on trouve dans un même village deux églises qui se font face. Elles sont blanches elles aussi, et le clocher est recouvert de cuivre (photos 17 et 18). Nous avons parcouru 123 kilomètres sur ces routes ou chemin, marche à pied comprise. Il nous a donc fallu 6 heures pour effectuer ce trajet. C’était une belle journée en Slovénie !

D‘un point de vue pratique, l’anglais est beaucoup parlé en Slovénie. Heureusement, car le Slovène est incompréhensible et imprononçable ! Il est donc très facile de se débrouiller avec des bases. Au camping où nous sommes, l’hôtesse possède même un français parfait ! Voilà une raison de plus de venir vous aventurer dans ce magnifique pays. La monnaie nationale est le tolar (SIT). Pour un euro, vous vous retrouvez avec une liasse de billets : 231,5 SIT ! Vous avez donc l’impression de dépenser beaucoup, mais en fait les prix sont moins cher qu’en France. Pour exemple, le litre d’essence Sans Plomb 95 coûte 200,3 SIT, soit 0,86 euros. Mais les euros sont très utilisés. Les prix sont souvent affichés en SIT et en euros. La bière (pivot) y est très bonne selon les dires de Fabien, et les demoiselles slovènes sont vraiment très jolies, selon nous deux. Tout ceci fait de la Slovénie un pays très attractif pour les touristes. Alors que la population est de presque 2 millions d’habitants, les slovènes reçoivent chaque année 1,2 millions de touristes étrangers. Sa récente entrée dans l’Union Européenne laisse à penser que ce chiffre va rapidement augmenter. Alors dépêchez vous de venir avant que ce petit coin de paradis ne devienne trop touristique !

Depuis le départ, nous avons parcouru 1539 kilomètres, en 64h55 minutes.