Balkans - Carpates 2007 (4054 km)

Fin de voyage pour Sophie

Fushe Arrez - Shkoder photos de cette étape

le 15/07/2007

  • nombre de km prévus : 52
  • nombre km effectifs : 94
  • temps prévu : 3h00
  • temps effectif : 6h50
DSC00370DSC00373DSC00375DSC00380DSC00383DSC00386DSC00394

Fin de voyage pour Sophie

Nous nous levons à 6h30 pour profiter de la fraicheur (toujours le même refrain). La montagne apparait plus douce après Fushe Arrez. Les pins ont remplacé les chênes, lui donnant un air méditérranéen. L'odeur émanant de ces forêts me plonge sur le côté adriatique (nous en sommes très proche) ou dans les landes. La route est, quant à elle, de nouveau défoncée.

Puke est une petit village charmant, Sa mosquée tout comme ses maisons sont peintes d'un jaune clair, les habitants assis aux terrasses des cafés nous regardent passer en souriant. De la retenue d'eau de Puke file un canal bétonné. Nous le suivons dans une pente douce.

En Albanie, ce ne sont pas les pauvres gens qui font les poubelles, mais les vaches. Nous en surprenons plusieurs en train de se "régaler" dans des décharges. Peut-être sont elles à la recherche d'un "red bull", boisson énergetique très consommée ici à en croire le nombre de canettes jetées sur les bords de route.

Nous avons encore droit à de nombreuses montées aujourd'hui. L'étape ressemble à celle de la veille. Nous évoluons alors de lacets en lacets, d'ombre en ombre, essayant d'oublier le soleil qui nous harcele. La montagne ressemble à un morceau de lune posé sur terre. Les rochers de couleur ocre ne peuvent être recouverts de vie, décor lunaire d'une grande tristesse. Finalement, après de nombreux kilomètres nous découvrons le lac de Shkoder au loin, dissimulé dans la brume. Descente puis longue portion de plat. On roule à l'albanaise, c'est à dire en choisissant la meilleure trajectoire possible entre le bord droit et le bord gauche de la route pour éviter les trous et les bosses. Cete exercice demandant parfois même de sortir de la route pour trouver plus de confort, les bas côtés étant en meilleur etat.

Michelin avait prévu sur sa carte 152 km entre Prizren et Shkodar. Nous en avons fait 190 lorsque nous arrivons à Shkodar... Merci Michelin pour cette imprécision lamentable. Moi qui roule déjà avec des pneus allemands, je devrai également oublier mon patriotisme et faire de même pour les cartes !

Après 83 km, nous nous arrêtons dans un café pour nous rafraichir. L'effet coca cola est toujours aussi efficace ! Cela fait une semaine que nous attendons de pouvoir nous baigner. Il s'agit de notre dernière chance. Nous poursuivons jusqu'au lac de Shkodar. Avant cela nous traversons la ville et ses deux mosquées, puis un pont ou est indique qu' Istambul se situe à 1100 km de là. De l'autre côté, la pauvreté est plus marquée et peu rassurante, les maisons sont faites de bric et de broc.

Une fois sur une plage Sophie en profite pour voir l'effet que fait son bronzage sur nos voisins. Ils ne fuient pas, c'est déjà pas si mal. En effet, avec les traces de la montre, des chaussettes, de la casquette, des lunettes, de la genouillère et du cuissard, le résultat est on ne peut plus... original !

Il est 16h30 lorsque je vous écris. Soiphie doit être à l'aéroport de Podgorica pour prendre son avion pour Belgrade. Le vélo est passé dans les mains de Bérengère que je retrouve avec grand plaisir.
Sophie a été fabuleuse pendant toute la semaine. Cela a été une grande première pour elle et malgré l'extrême difficulté de la montagne albanaise (qui a representé une de mes journées les plus difficiles passées à vélo depuis trois ans), elle a gardé le sourire et a effectué son challenge avec succès. J'espère que son retour en france se passera bien., En tous les cas elle aura bien des choses à raconter à ses amis !

Je vous quitte poure retrouver mon vélo. Nous allons pédaler ce soir pour nous avancer. Nous pensons camper près de la mer. A plus tard ! Julien