Balkans - Carpates 2007 (4054 km)

La traversée des Balkans...

Krasnovo - Gabrovo photos de cette étape

le 02/08/2007

  • nombre de km prévus : 125
  • nombre km effectifs : 139
  • temps prévu : 6h00
  • temps effectif : 8h50
DSC01366DSC01369DSC01370DSC01372DSC01377DSC01386DSC01388

La traversée des Balkans...

7h00. L'heure où les bergers emmènent leur troupeau pêtre. Ils peuvent être de 5 à 150 brebis. Ils se gardent avec un berger ou plusieurs. 7h00. L'heure a laquelle les chevaux profitent encore de la fraicheur des orages de la veille pour brouter l'herbe grillée mais humide. 7h00. Les petits villages traversés ce matin se réveillent en douceur, encore sonnés semble-t-il par la pluie qui est tombée la veille.

La plaine que je traverse est assez étrange. Parfaitement cultivables, de nombreuses parcelles sont pourtant laissées en jachère, voire en friche. Au milieu sont parfois découpées de toutes petites parcelles où ont été plantés des mais, céréales, tournesols. Les prairies commes les bâtiments sont souvent laissés à l'abandon en Bulgarie. Ruines et friches ne proviennent pas de la guerre comme c'est le cas en Bosnie ou en Croatie, mais de la fin du communisme, qui a laissé de grandes structures (agraires ou bâtiments) sans personne pour s'en occuper. Une Bulgarie qui part en lambeaux, à l'image de ce pont, grand ouvrage qui reste là, planté au milieu de nul part sans être fini de construire.

Pour rompre la monotonie de cette plaine, je rencontre Louis. La cinquantaine, ce cyclotouriste autrichien a déjà à son actif deux tours du monde et tant d'autres voyages, toujours à vélo. Il semble avoir été partout, et me parle aussi bien de la Nouvelle-Zélande, de la Chine, du Pérou ou de l'Argentine. Le Canada bien sûr, les USA aussi., Je passerais près d'une heure avec lui tant il me passionne par son discours et sa simplicité.

Je ne vais pas jusqu'à Kazanlak, pourtant classé UNESCO. Le temps me manque car j'ai rendez vous avec la croix rouge demain à 14h00 à Veliko Tarnovo. J'ai préféré privilégié une heure de temps avec Louis plutôt que de voir les vestiges d'une tombe de la civilisation des Thraces, unique en son genre. Le voyage est toujours une question de choix !

Je me dirige droit sur la montagne de Stara, la fameuse, celle qui a donné son nom à cette région appelée Balkans. Avant cela petit arrêt à Sipka et son église russe. On peut également voir avant Sipka des petites buttes, que je soupconne justement être des tombes Thraces, mais à verifier.

il s'agit de ma dernière montée dans les Balkans. Tout un symbole que de gravir cette montagne. La montée dure 15 kilomètres. Ils se font tranquillement, lacets après lacets, camions après camions car le trafic est important ici. Je me souviens alors de toutes les montagnes vues dans les Balkans. Celle après Celje, en Slovénie, harcelée par les mouches. Celle allant à Srebrenica, route défoncée. Le Monténégro bien sûr avec la montée sur le Durmitor et la montagne de Lovcen. La fabuleuse montagne bosnienne au nord de Mostar, et le terrible orage dans la montagne avant les lacs de Plitvice. Enfin, Tina se souviendra longtemps de la traversée de l'Istrie, tout comme Sophie se souviendra de son entrée en Albanie. Tant de montagnes, aussi belles et difficiles les unes que les autres. Mais voilà, après 7000 km passés dans les Balkans, La Stara Planina signe la fin de ma découverte de cette région.

Au sommet, je m'offre encore un kilomètre et demi d'effort pour aller au monument appelé Sipka, culminant à 1326 metres d'altitude. Enorme mastodonte de pierre comme les communistes ont tant aimé en construire en Bulgarie mais aussi en Albanie ou Macédoine. Encore quelques marches pour terminer l'ascension. Nous ne sommes pas d'accord avec un couple francais. Elle en a compté 210, lui 160, moi 180... La vue est époustoufflante sur la plaine ou j'étais il y a deux heures et la suite du parcours, légèrement vallonné.

Dans la descente, le trafic est encore important. Plusieurs voitures me doublent dangereusement alors qu'un camion freine tout le monde devant. Je les redouble car, c'est bien connu, un cycliste va toujours plus vite que les voitures en forte pente sinueuse. Enervés, mes automobilistes me redoublent plus loin. Soit. Finalement, je double tout le monde dans une partie sinueuse et grille tout le monde sur la ligne en arrivant à Gabrovo. Il faut se faire une raison mes chers, et opter pour le vélo pourquoi pas. ça apaise l'esprit et ça ne se traine pas tant que ça !

Je passerais finalement la nuit près du petit village musée d'Etara. Les Balkans sont derrière moi a présent. Mon esprit et mon vélo se tournent à présent vers une autre montagne, les Carpates. Il ne me faudra plus que quelques kilomètres pour y arriver, dans deux jours...