Ouest balkans 2006 (5300 km) acheter le livre

Une vraie journée de pluie en Bosnie-Herzégovine !

Basanska Krupa - Drvar photos de cette étape

le 05/08/2006

  • nombre de km prévus : 100
  • nombre km effectifs : 130
  • temps prévu : 6h30
  • temps effectif : 7h30
DSC08157DSC08158DSC08160DSC08162DSC08164DSC08165DSC08169DSC08180

Une vraie journée de pluie en Bosnie-Herzégovine !

Ma journée commence à 2h00 du mat'. Alors que je dors, une demoiselle frappe à ma tente.
- Tu veux danser avec moi ?
En voilà des facons de réveiller les messieurs ! Enfin soit, me voilà habillé et dehors. Une bande de jeunes du camp font la fête. ils sont une dizaine, bosniaques. Ils croient que je viens pour le camp. Pas du tout, je suis en vadrouille et passe juste une nuit ici. J'espérait d'ailleurs qu'elle soit bonne... A défaut de danser (il faut tout de même pas exagérer, j'ai pas d'énergie a perdre la dedans !), nous discutons ensemble. Ils ont la vingtaine et sont pleins de vie. ils m'invitent alors a partager leur tente collective. Il est 3h00 lorsque nous nous couchons tous ensemble. Durant le nuit, je pense a Bérengère, qui s'attriste de voir les bosniens fumer comme des pompiers., Je comprends ce soir la mesure de ses paroles. Ces jeunes se lèvent régulièrement durant la nuit pour se griller une clope, puis vont se recoucher... Ils fument même en dormant, c'est vraiment désolant...

Tout le monde dort à 6h00 lorsque je les quitte. Je prends mon p'tit déj en compagnie de Fréderic, qui fait partie de l'organisation de ce camp. Puis je reprends la route, sous la pluie. Je n'ai pas voulu remonter sur mon triste plateau, alors je decide de longer la rivière Una jusqu'a Bihac. Cette rivière est très réputée pour la pratique du rafting. Avis aux amateurs de sensations ! Il pleut, la route est trempée. En traversant une ligne de chemin de fer, ma roue arrière glisse sur un rail. Je m'étale lamentablement sur le bitume. Plus de peur que de mal, je repars. Deuxième chute du tour !

Après Bihac, la route s'élève sur un plateau herbager, sans caractère particulier. En face de moi se dressent trois mosquées : Bosanski Petrovac. je m'arrêterai quelques kiomètres plus loin, à Drvar. une ville d'une tristesse inouie, certainement anciennement industrielle. Mais d'industrie il n'y a quasiment plus. Alors les vieux batiments sans portes ni fenêtres restent là, debout, a regarder attristés la vie qui déambule dans les rues. Je trouverai un peu de vie avec les enfants de cette ville. Près de l'école, une vingtaine d'enfants jouent au football ou au basket. Je leur demande si je peux poser ma tente ici., Pas de problème. Parmis ces enfants, il y a Lazar, 10 ans. Il parle un anglais parfait, impressionnant! Ce sera mon traducteur pour la soirée.

Il est 18h00 et j'ai faim. C'est l'heure du diner. Je sors alors toute ma cuisine. Alors que les pâtes cuisent, j'ouvre la boite de sardine. Plusieurs jeunes s'exclament, en bosnien. Je demande alors a Lazar ce qu'ils disent.
- oh rien, n'importe quoi. Ils pensent que tu vas manger tes sardines avec tes pâtes
- ah...

Arrive le moment fatidique. Les pâtes sont prêtes. Je verse les sardines dans la gamelle, comme je le fais d'habitude. Lazar me demande avec dégout :
- Tu vas vraiment manger tes pâtes avec les sardines ?
- ben oui, c'est très bon, tu devrais essayer !

Tous font la grimace, et ferment les yeux au moment ou je mélange le tout avec de la sauce tomate. Vraiment, ces francais, ils ne savent pas cuisiner...!

Je passerai le reste de la soirée avec eux. Je leur prête mon vélo pour des petits tours, je m'essaye au basket et au foot. Puis je vais me coucher. Alors ils désertent les lieux dans le calme absolu pour ne pas me déranger. C'était une excellente soirée pour tout le monde !
 

Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Ballade cyclobalkanique, 5300 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2007.

Prix public : 15 euros.
couverture_balkans.jpg