Balkans - Carpates 2007 (4054 km)

La Macédoine a portée de vue !

Qukes - Korce photos de cette étape

le 19/07/2007

  • nombre de km prévus : 85
  • nombre km effectifs : 83
  • temps prévu : 5h00
  • temps effectif : 5h25
DSC00563DSC00565DSC00566DSC00568DSC00572DSC00574DSC00575DSC00594

La Macédoine a portée de vue !

Perrenjas est le premier village que nous traversons. A l'image d'Elbasan, il est sinistre. Une odeur d'huile, de brulé et de gaz d'échappements nous suit le long de la traversée. Les bâtiments sont en décrépitude. Le village suivant, je l'appelerai "Lavazh Auto" (lavage auto). Sur quelques dizaines de mètres, plus de dix lavages auto en pleine activité. L'eau coule à flot, qu'il y ait des voitures à laver ou pas. Alors que les femmes gardent les vaches, les hommes s'affairent à faire briller leur mercedes. Comme je vous le disais, chacun a son rôle ici... En tous les cas, le gaspillage d'eau est roi, alors que parallèlement ils ont des restrictions d'électricité pour faire face au niveau très bas de leurs lacs hydroélectriques.

Après ce village, le route s'élève d'avantage. Pour preuve, les panneaux indiquant 10%. Jusque là, toutes les montées étaient annoncées avec un pourcentage a 7%. Nous pensions qu'au dessous de 7%, il n'y avait pas de panneau, et qu'à partir d'une pente estimée suffisante, ils mettaient un panneau indiquant une pente allant de 7% à l 'infini. Erreur ! Lorsque ca monte vraiment trop, elles sont annoncées à 10%. Celle ci doit en faire plus... Le tout est de savoir qu'elle est la tranche suivante pour avoir une fourchette plus ou moins précise..

Nous sommes au sommet à 8h00 après un effort difficile. ce sont des dizaines de bunkers qui nous accueillent veillant sur le lac d'ohrid qui symbolise en contrebas la frontière avec la Macédoine.l'expression "pousser comme des champignons" est on ne peut plus appropriée, tant pour leur nombre que pour leur forme.

Le lac d'Ohrid est situé à une altitude d'environ 1000 mètres. L'eau y est fraîche et claire. Nous nous arrêtons dans un café à Piskupat, ou le patron est à nos petits soins. L'ambiance y est relaxante. Les pêcheurs sont sur le départ. Ils quittent le rivage en quelques coups de pagaie. Leur barque bleue ou jaune s'enfuit ensuite rapidement , poussée par le moteur. Ils vendront plus tard le fruit de leurs files sur les bords de route...

De nombreux bateaux restent encore là, gentiment balancés par les vaguelettes du lac. Des saules pleureurs apportent de l'ombre et de la verdure à cet havre de paix faisant face à la Macédoine, notre prochain pays.

Nous passons de longues minutes à regarder les libellules, les oiseaux, les pêcheurs. La journée s'annonce tranquille en matière de pédalage. A 9h00, il ne nous reste que 15 km pour rejoindre Pogradec. C'est de là que je vous écris tout de suite. Nous resterons ici jusqu'à 18h00 avant de repartir en direction de Korce où la croix rouge nous attend demain matin.

A bientôt donc pour la fin de l'Albanie,un pays qui me laissera une impression mitigée du fait du nord très pauvre et peu sûr, et du reste du pays très calme, charmant, sympathique, mais toujours très pauvre. L'Albanie reste le pays le plus pauvre d'Europe, et cela peut se voir sur la quasi totalité du territoire. Cependant il possède un potentiel, touristique notamment, intéressant. Ce sont des batisseurs, ils sont sur la voie de la reconstruction économique à en croire les énormes travaux qu'ils entreprennent ici ou là...

Nous quittons la ville comme a notre habitude, lorsque la chaleur tend a diminuer. Avant ce lqa nosu faisons un petit arrêt dans une patisserie pour pouvoir se régaler de quelques gâteaux locaux, toujours aromatisés par un yaourt pour Berengère !
Quelques fores nécessaires pour grimper la cote. De l'autre cote de la petite montagne, nous decouvrons une campagne propre, avec de jolies maisons, de jolies parcelles et des gens souriants. Nous evoluons dans une nouvelle large plaine agricole. La moisson a eu lieu, les champs ont ensuite ete brules avant de pouvoir etre ressemes. En arriere plan, une montagne en dos de baleine ridee rosit aux derniers rayons du soleil. Berengere semble aimer ce pays. Elle jubile sur le velo et ne voit que des points positifs ici. Un pays qui possede un potentiel touristique interessant, des gens sympas, quelques plaines agricoles. Ici meme nous trouvons bien moins de dechets sur les bords de route, ce qui est a noter !

Une voiture de la croix rouge nous double et s'arrte une peu plus loin. Ariana en descend. Nous la revoyons avec grand plaisir. Plus nous la voyons et plus elle nous apparait sympathioque. D'apparence reservee et timide, elle est d'une grande gentillesse et generosite, devouee a notre cause et tres maternelle. Ainsi elle insite pour que nous prenions un hotel ce soir au lieu de planter la tente en pleine nature, sachant que la croix rouge prend en charge tous nos frais dans le pays. Alors nous nous dirigeons prestement jusqu'a Korce et trouvons un hotel pour une vingtaine d'euros. L'interieur de l'hotel est comme l'exterieur des maisons. Les couloirs sont d'un rose tres vif, les chambres bleues. L'hoel est en cours de construction, comme tant de choses ici, mais eamnoins ouvert aux touristes. Nous deposons les velos a l'interieur et les attachosn a un echaffaudage. A notre fenetre, nous avons vue sur la terasse encombree par du beton, des planches et des brouettes. Mais le confort y est tres bon et le service excellent. Les Albanais s'ouvrent au tourisme et font tout pour les recevoir au mieux malgre les grosses difficultes economioques du pays.

Nous faisons ensuite un petit tour dands la ville. U bout de la rue porincipale une majestueuse eglise orthodoxe impose ses couleurs et son architecture tres originales. Autour, les rues sont desertes des 23h00. Les journees commencent tres tot ici (5h00) du fait de la chaleur et de la lumiere, alors les albanais partent se coucher de bonne heure. Nous meme fatigues, nous ne nous attardons pas dans les ruelles pavees et defoncees de la ville et allons imiter ce peuple.

PS : un petit mot de Bérengère pour ses élèves bosniens!
zdravo svima !

Htela sam da vam napisem nekoliko reci o Albaniji, jer puno sam cula od vas o ovoj zemlji pre nego sto sam otisla da se vozim tamo.

Samo jedna osoba mi je rekla da je ta zemlja lepa - ta osoba se bavi aktivizmom, je pripada NVO u BL i zbog toga je vec bila u Albaniju za seminare itd. Svi ostali su mi rekli da budem oprezna itd, da se cuvam, da pazim itd, da bice tesko se voziti planinama zbog vrucine itd....

Jeste malo tesko ponekad ali moram reci da je ta zemlja predivna i da su ljudi ovde veoma ljubazni. Svaki put kad nam treba nesto, dobili smo sve od njih, i sa osmijehom. Probali smo domacih sireva, poklonili su nam hleba i nikad nismo imali nikakvih problema. Bas su primogostljivi, iako veoma siromasni. Priroda je prelepa. Na zalost je i dosta prljava, posebno u blizini sela, grada i puteva, jer, kao i u BiH (ali jos gore) svi bacaju smece bilo gde, u sumi, u rijeci, itd. Stvarno lose izgleda ali ljudi ne znaju zasto je to lose, i svakako nema ni gde da bace otpade itd... bice bolje valjda za nekoliko godina!! treba samo poboljsavati /napredovati obrazovanje i uslove za okupljanje otpade da se resava taj problem !

Osim toga, jeste vruce, i zbog toga mi se ne vozimo otprilike od 11h do 18h. Ujutro ustajemo u 4h30 i krenemo u 06h, dok je jos svez vazduh. Super je pogled tada : izlazak sunca. Danas smo u Pogradcu (na Ohridskom jezeru) i prelepo je. Kupali smo se jutros pa cemo opet kad zavrsimo na internetu.

Sve u svemu je sve ok i jako vam preporucujem da posetite Albaniju, jer vam je to blizu i ipak jeste bas drugacije - to je stvarno odlicno iskustvo : otkrivati nesto novo, upoznati se sa nepoznatom jezikom i nepoznatim obicajama itd. Dodjite !

Toliko od mene za sad, veliki pozdrav, vidimo se u septembru u Banjaluci !

:-))

berengere