Nouvelle-Zélande 2005 (2750 km) acheter le livre

Longue descente le long de la rivière Whanganui

Raetihi - Wanganui photos de cette étape

le 01/10/2005

  • nombre de km prévus : 100
  • nombre km effectifs : 106
  • temps prévu : 7h00
  • temps effectif : 7h00
DSC05717DSC05718DSC05719DSC05720DSC05721DSC05723DSC05725DSC05730

Longue descente le long de la rivière Whanganui

Il a plu toute la nuit. Cela mêlé au vent, on a passé une très mauvaise nuit. Mais la pluie s'arrête à 7h00, ce qui est plutôt agréable alors que quelques minutes avant le ciel était encombré de nuages au regard noir. Nous quittons le camping à 8h00 pour nous offrir une très longue descente jusqu'à Pipiriki. Tina en profite alors pour faire plus ample connaissance avec les routes non goudronnées, qu'elle ne connaissait jusque-là qu'en voiture. Personnellement, j'adore ces routes, on est sûr de ne pas y trouver de camions, et que très peu de voitures. Et les risques de crevaison sont bien moindres que sur les grandes routes. Quoi que, ici aussi au milieu de nul part on peut trouver des canettes de bière... C'est à Pipiriki que nous retrouvons la rivière Whanganui que nous suivrons sur plus de 60 kilomètres. Cette rivière s'écoule tranquillement dans un cadre magnifique. Mais elle ne ressemble pas du tout aux rivières turquoises de la Slovénie. Non, celle-là est marron, trace d'une érosion très importante dans cette partie de la Nouvelle-Zélande. Nous traversons des petits villages aux noms bizarres : Jerusalem, Bethlem, London, Athens... Je ne pourrai pas vous dire pourquoi on retrouve ce genre de noms ici... La route que nous empruntons est non goudronnée sur environ 40 kilomètres. Cette route a été ouverte en 1934, après 30 ans de travaux, et nous permet de découvrir avec stupéfaction le parc national de Whanganui. Les couleurs se mélangent avec harmonie. Le bleu du ciel, le vert de la forêt et des prairies, le blanc des brebis, le marron de la rivière... Tina et moi roulons tranquillement sur cette route magnifique. La circulation est quasiment inexistante (mais cependant bien plus importante que sur la route de Motu !) et la forêt somptueuse. Cette rivière me fascine. Elle est d'une tranquillité déconcertante alors que sa couleur témoigne d'une activité érosive très importante... Etrange.

A environ 30 kilomètres de Wanganui, alors que nous sommes depuis de nombreux kilomètres dans une portion très casse-pattes, nous sommes dominés par des falaises blanchâtres. Ces falaises étaient, il y a bien longtemps, ensevelies sous l'océan. Mais la magie de la tectonique des plaques les a fait s'élever au-dessus du niveau de la mer. Ainsi, nous pouvons voir sur le bord de la route de nombreux coquillages ensevelis dans cette terre blanchâtre, ancien dépôt sous-marin... Plus loin, c'est une dernière montée qui nous attend. Tina commence à tirer la langue; je ne suis pas bien plus frais ! On monte cette côte au courage et sommes récompensés au sommet par une vue de toute beauté sur la rivière Whanganui qui continue, imperturbable, son chemin. Et tout au loin, on aperçoit le Mont Ruapehu, au-dessus de tout le monde. Et dire qu'on était tout là-bas ce matin ! Tina est aux anges. Cette dernière montée a été très dure et cela est une bonne récompense. Décidemment, ce Mont Ruapehu, il a l'art de remonter le moral !

Après 98 kilomètres, nous voyons à notre droite, de l'autre côté de la rivière, le camping où nous resterons ce soir. Le même que j'ai quitté hier matin. Mais voilà, le premier pont est à 3,5 kilomètres ! Finalement, nous arrivons enfin au camping, après 106 km et 7h00 de vélo. Ineke, qui travaille au camping, nous invite à dîner. Ce n’est pas de refus ! Riz, poulet, légumes... Un plat de roi que nous dévorons. Tina était à la limite de la fringale aujourd'hui. De mon côté, ben... j'ai toujours faim, donc pas de problème ! Les deux dernières photos, c'est toute la famille. Ineke (la maman) et ses trois fils Henri, Tean et Bertie. Ces photos sont dédicacées à la grand-mère qui est en Namibie. Ineke et ses trois fils sont sud africains. Ils sont venus s'installer à Hamilton il y a trois ans et sont dans ce camping pour aider le temps des vacances. Alors on embrasse bien fort la grand-mère restée en Afrique. Vous avez une fille formidable, qui nous a offert un dîner très apprécié après cette longue étape !

Voilà donc ces deux jours passés à vadrouiller entre Mont Ruapehu et Wanganui. Ces deux jours ont été très durs physiquement, mais m'ont apporté une satisfaction visuelle immense ! La journée d'hier était splendide, celle d'aujourd'hui n'en était pas moins. Et puis j'ai récupéré une aide immense à Raetihi, et ça c'est vraiment important ! Je ne regrette pas du tout d'avoir fait ce "petit" détour de 200 kilomètres, qui m'aura permis de découvrir le Mont Ruapehu et une rivière sensationnelle, dotée d'une âme qui nous inspire le respect... Très étrange de longer cette rivière, je vous promets...!

Demain, on repart à 8h00 direction Hawera. Dans deux jours, nous serons à New Plymouth. Les deux prochaines étapes seront, à priori, sans grande difficulté. A suivre...!

A très bientôt, à New Plymouth normalement…

 


 
Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Voyage du bout du monde, 2700 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2006.

Prix public : 14 euros.
couverture_nz.jpg