Ouest balkans 2006 (5300 km) acheter le livre

Petit tour dans la montagne olympique

Sarajevo

le 30/07/2006

  • nombre de km prévus : 102
  • nombre km effectifs : 102
  • temps prévu : 5h25
  • temps effectif : 5h25

Petit tour dans la montagne olympique

Journee de repos a Sarajevo

Chaleur infernale ce matin. Il fait lourd. Je n'ai le gout a rien, juste a flemmarder dans mon lit. Ces moments me permettent de me replonger dans ce mois et demi acheve, ces 3000 kilometres deja parcourus. Tant de choses vues et tant de personnes rencontrees. Un merveilleux periple jusqu'ici. En general, je termine mes voyages apres un mois et demi de velo. Nous y sommes; Je commence donc la digestion de ce premiers milliers de kilometres, en attendant d'en prendre une deuxieme bouchee d'ici demain. Je suis un peu nostalgique, un peu a plat. Je me sens vidé... C'est certainement le temps qui fait ca. Il me plaque contre le matelas, impossible de se bouger. Annabelle me demande si je veux la suivre au marché. Depuis mon arrivée ici, je raffole des marchés. Plein de couleurs, de saveurs, de bons fruits. Mais la, je n'ai vraiment pas envie de l'accompagner. Trop chaud. Desolé Annabelle, je reste ici.

Le courage me reprend l'apres midi. Nous decidons alors d'aller voir la source de la Bosna, au sud ouest de Sarajevo, a 15 kilometres du centre. Il se dit que c'est un endroit paisible, alors allons y. Annabelle y va en Tramway, je la suis sur la piste "cyclable". Au bout du Tramway, de nombreuses caleches font la navette jusqu'aux sources de la Bosna. Je continue a velo, Annabelel a pied, dans une petite route ombragée. Au bout, un petit parc ou les habitants de Sarajevo viennet se detendre, sortir de la fureur de la ville. On y vient avec ses enfants, on y fait des barbecues, on y boit un verr ou mange une glace. On peut également y acheter toute sortes de jouets pour ses enfants ou des CD et DVD de contrefacons, comme on en trouve tant ici. 1,5 euro le DVD, qui dit mieux ?! Avec une tel nom, vous comprendrez que c'est cette riviere qui a donné son nom à la Bosnie. Pourquoi ? Ca, je ne le sais pas ! Si quelqu'un sait, qu'il s'exprime haut et fort !

L'orage est tout proche. Il fait frais, ca fait du bien ! Craignant la pluie, nous decidons de reprendre la route vers le centre ville. A seulement quelques metres de m'appartement, alors qu'il pleut, je chute dans un trou de la piste cyclable. Petites eraflures begnines et petite entorse d'un doigt. Rien de bien grave. Ce sera la première chute du tour (je ne comptabilise pas là les quelques petites chutes que j'ai pu faire apres avoir ingurgité trop de Pivo. Je pense notamment à mon retour au camping de Kupari qui fut chaotique...). Bref, ici je suis tombé a jeun. Cette piste cyclable a Sarajevo est déglinguée. Les bosniens ne m'y verrons plus !

Le soir, trois amies de Annabelle nous retrouvent autour d'une salade qui se veut internationale : une holalndaise, une americaine, deux francais et... une bosnienne (bosniaque en fait), quand meme ! J'en profite pour demander a cette derniere combien de temps cela demande a une bosnienne pour se maquiller. Elle ne comprend pas ma question jusqu'a ce que je lui dise que les francaises n'ont pas l'habitude de se tartiner de la sorte. Elle est surprise. Elle me repond alors, en plaisantant, qu'elle n'aime pas la beauté naturelle, car elle n'en a pas... Je pense alors a toutes ces demoiselles croisees avant et pour qui c'est absolument vrai ! Quant a elle, elle m'a l'air charmante. Mais bon, en fait, on ne sait jamais trop... Les demoiselles ici usent trop de la publicité mensongère, il faut le savoir et s'en méfier !

Je les quitterai a 9h00 pour rejoindre Ivana et sa cousine. Cela fait plusieurs mois que nosu correspondons par internet et elle n'était pas sûr d'être là a mon arrivée. Mais finalement elle me fait vidsiter Sarajevo by Night. Charmante ville, un peu surprenante avec la justaposition du quartier turc avec le quartier croate. Le passage de ces deux quartiers se fait dans une large rue pietonne. Le décor change radicalement. Deux mondes différents a seulement deux pas l'un de l'autre. Transition brutale. Etrange je disais ! Mais charmant. >/p> Nous irons boire une verre et deux de leurs amis nous rejoindrons. Je vous laisse apprécier le regard tres troublant de leur amie... J'y cherche la beauté naturelle. Elle sort tout juste du travail et n'a pas eu le temps de se faire belle. Je la trouve ravissante ! Je vais me coucher peu de temps après. Je compte faire un tour dans la montagne demain, il me faudra me lever tot.

30 eme étape : Petit tour dans la montagne olympique

Sarajevo a accueilli les Jeux Olypiques d'hiver en 1984. La competition s'est tenue dans trois montagnes environanntes de Sarajevo.. Je décide d'aller grimper la montagne de Bjelasnica, au sud ouest de la capitale. La montée commence a Hadzici. Elle durera 15 kilometres. Au départ, les arbrs tous les 20 metres portent ce lourd panneau rouge avec une tete de mort. Je n'en ai encor jamais vu autant. La montagne n'est pas encore déminée. J'arrive a Igman, petit village de montagne. Des jeunes diputent un match de foot. En fond sonore, ce n'est pas de la musique de pom pom girl que j'entends, mais des chants de prières musulmans. UIn mathc sous la bénédiction d'Allah. C'est une première ! Plus loin, un petit cimetière flambant neuf. 17 tombes. Dessus sont gravés des signes arabes. Toutes datent de 1993... Le génocide aurait donc commencé bien avant Srebrenica ?...

Je pensais grimper jusqu'au sommet de la montagne, a 2060 et quelques mètres. Mais je me trompe de route. Il faut dire que les panneaux sont très rares dans ce pays et toutes les cartes sont différentes; C'est donc assez compliqué de se diriger ici. Pour le coup, au lieu de grimper la montagne, je la contourne et m'éloigne inexorablement de Sarajevo, dans un décor de montagne. Demi tour. Je me perds dans les framboisiers sauvages cette fois-ci, bien plus dangereux que les fraisiers de Slovénie ou du Monténégro. Je me délecte de ces fruits savoureux. Mais l'orage emprisonne déjà la montagne derrière moi et se dirige vers moi. Je dois délaisser à regrets mon déjeuner pour repartir en direction d'Igman. Finalement, l'orage menaçant je ne grimperai pas cette montagne. Mais mon détour m'a permis de voir la route s'enlacer en longs lacets au dos de la montagne. Et après 70 kilomètres, l'orage est une excellent excuse pour abandonenr le terrain. Vous comprenez, un orage de montagne, ca peut etre plus que vivifiant... Je redescends donc a Sarajevo.

Cette petite escapade en montagne fur très agréable encore une fois. Je regrette un peu de ne pas avoir été jusqu'au sommet. Cette montagne était sous les feux des projecteurs en 1984. Moins de 10 ans plus tard, elle était sous le feu de l'armée yougoslave, comme en témoigne cet énorme bâtiment construit pour les JO et entièrement brûlé et détruit. Les choses vont très vite dans les Balkans. Aujourd'hui des enfants jouent au football sous la protection d'Allah et sous le regard de leurs parents ou amis, entérés un peu plus loin... Quant aux skieurs venant se détendre l'hiver dans cette petite station, le hors piste leur est très fortement déconseillé, ici plus que nul part ailleurs. Cela dit, le processus de dénimage se poursuit. Sur ma route j'ai vu aujourd'hui un secteur balisé par une organisation humanitaire en charge du déminage. Cela prend du temps. Annabelle me disait que 4% de la Bosnie était encore miné. 4% du territoire où, d'un simple faux pas, vous pouvez mourir à cause d'une guerre qui se déroula il y a 10 ans... Je trouve cela terrifiant.

Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Ballade cyclobalkanique, 5300 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2007.

Prix public : 15 euros.
couverture_balkans.jpg