Balkans - Carpates 2007 (4054 km)

Quand il se met enfin a pleuvoir...

Sofia - Krasnovo photos de cette étape

le 01/08/2007

  • nombre de km prévus : 75
  • nombre km effectifs : 161
  • temps prévu : 5h00
  • temps effectif : 8h15
DSC01148DSC01149DSC01150DSC01151DSC01153DSC01156DSC01157DSC01158DSC01161

Quand il se met enfin a pleuvoir...

Journées de repos à Sofia

Je me suis reposé deux jours dans la capitale bulgare. La première journée, nous nous sommes rendus avec Marin au centre de don du saqng, le matin. Malheureusement rien n'est encore organisé alors nous reviendrons demain. La personne avec qui j'etais en contact est en vacances et revient ce soir. Je passerai donc la journée a déambuler dans les rues de Sofia à la découverte de cette ville.

Le soir, je rejoins Marin qui participe à un match de football. Chris, un francais habitant en Bulgarie depuis de nombreuses années, a crée une forme de club de football pour les expatriés de tous les pays. Ainsi participent des allemands, danois, américains, australiens, français, etc... Le football est en fait un alibi pour rencontrer du monde et pour mélanger les cultures. MArin me dit que ce que l'Europe souhaite faire, à savoir mélanger justement les cultures, eux le font déjà ici par l'intermédiaire de ce club. Voici l'adresse internet du club pour les expatriés qui souhaitent rencontrer du monde à Sofia : http://www.sofiafoot.com/

Ce soir c'est Richard qui m'accueillera chez lui. Il recoit également deux amis français avec qui nous passons ue soirée avant de nous coucher à 2h00 du matin...

Nous nous rendons à la croix rouge à 9h00. Il semble y a voir eu un problème de coordination et rien n'est prévu pour mon arrivée. Ainsi Ana, qui travaille dans la section des jeunes de la croix rouge, ne contacte les journalistes qu'aujourd'hui. Je dois donc rester à Sofia une journée de plus car ils viendront cette après midi ou demain matin. Cela ne change en rien mon emploi du temps vu que j'avais une journée d'avance. Cela me contraint simplement à rester une journée de plus ici.

Concernant le don du sang, moins de 2 % de la population donne ici, ce qui est encore très peu. Ce nombre a été en chute libre depuis la fin du communisme (1990)ou on comptait 6,5% de donneurs et remonte depuis seulement un an. Durant le communisme, les collectes étaient organisées dans les entreprises, qui étaient publiques pour la plupart. Mais les choses ont changé, les entreprises sont devenues privées et ne veulent pas organiser de collectes en leur sein. Un donneur de sang se voyant attribuer deux jours de repos par la loi, cela ne motive pas les patrons à ce que les employés donnent leur sang...

Il vient de faire trois gouttes sur Sofia. L'orage a éclaté dans la montagne mais la chaleur revient immédiatement. Ils ont cependant annoncé une autre dégradation pour la semaine. Il devrait donc faire un peu plus frais ces jours prochains. A voir...

Demain je reprend la route après m'être bien reposé ici. Le prochain arrêt sera à Bucarest, en Roumanie !

A bientot !

Julien

Quand il se met enfin a pleuvoir en Bulgarie...

L'orage débute à 2heures du matin. Je profite d'une petite acalmie pour partir à 7h00. Mais très vite il revient et me voilà très vite trempé. L'orage est d'une extrême violence. Il est partout. A droite, a gauche, devant, dessus. Les lignes droites pour quitter Sofia sont aussi interminables que les averses. Je ferai 30 kilomètres sur une grande route avant de la quitter pour une route secondaire.

Cette route s'avère dangereuse. La pluie cache les trous et je manque de tomber plusieurs fois. Mais Teresa fait preuve d'une grande solidité et ne bronche pas malgré de très fortes secousses. La pluie est diluvienne, je ne vois quasiment rien et doit ralentir pour éviter les pièges de la route. Je me prendrai également une bonne douche de la part d'une automobiliste ayant roulé dans une flaque en me croisant.

Je retrouve la route principale 50 kilometres plus tard. Il pleut toujours. Je longe alors la vieille montagne, cachée par la pluie. Ce n'est que dix kilomètres plus tard que la pluie cesse enfin. Quand il pleut en Bulgarie, cela dure dix heures et les cyclistes ne sont plus bon qu'à essorer ! Les nuages laissent alors apercevoir quelques formes de la vieille montagne. Elle semble avoir de beaux restes.

Je m'arrête au village de Koprivstipa, qui selon Marin est en devenir d'être classé à l'Unesco. Ce n'est pas encore le cas alors il est encore épargne des touristes. L'ambiance y est paisible. Les rues pavées sont quasi désertes, les commercants fument leur cigarettes tranquillement, les paysans conduisent leurs chevaux. L'architecture de ce village est tout à fait intéressante. Les maisons construites en pierre et en bois donnent tout le cachet authentique et rustique à ce petit village de montagne.

Je redescends ensuite sur une vingtaine de kilomètres pour trouver un endroit tranquille où dormir. Les villages traversés ne m'inspirent pas. Les gens sont peu souriants et présentent un visage ferme. alors je me cacherai dans un pré non loin de la route.