La France en auto-stop 2013 (4750 km)

Reims - Lille

du 07/06/2013 au 07/06/2013

  • nombre de km prévus : 200
  • nombre km effectifs : 260
  • temps prévu : Vendredi 7 juin
  • temps effectif : 9h

Reims - Lille, avec de vrais morceaux de Belgique dedans ...

 Peu de sommeil dû à des voisins tapageurs. 2h tout au plus, la journée risque d'être longue. Je quitte mon hôte d'un jour vers 8h, après quelques centaines de mètres de marche ensemble le temps qu'elle retrouve ses covoitureurs du jour pour aller travailler.

Premier essai de stop à l'entrée d'autoroute du centre de Reims. Assez vite, je me rends compte qu'il va falloir que je change de lieu, car même avec la meilleure volonté du monde, les voitures vers le Nord ne pourront pas se rabattre et me prendre.

Deuxième essai de stop, après quelques kilomètres de marche. Cette fois-ci, ce sera un automobiliste qui me fera gentillement la remarque que personne ne passe par là pour aller à Lille malgré le panneau indiquant la bonne autoroute.

Troisième essai, en espérant que ce sera la bonne. Peu de circulation vers Lille, c'en est presque déprimant. 4 voitures emprunteront cette entrée d'autoroute en 90 minutes de temps, heureusement la quatrième s'arrête pour me prendre.

Mon nouveau meilleur ami s'appelle désormais DImitri . Il se rend en Belgique juste après la frontière, mais me propose de me déposer à Valenciennes. Je me dis cependant que ca ne coûte rien de tenter l'auto-stop en Belgique. Bien mal m'en aura pris, car une fois déposé dans le petit village de Saint Ghislain, bien qu'étant situé sur une bretelle d'autoroute assez fréquenté sans être trop rapide, personne ne m'aura pris en 3h d'attente.
 
Au bout d'une heure, on commence toujours à douter un peu. Serait-je mieux 2m plus loin ? 1 m plus proche ? Bras plus tendu ? Sans panneau ? Plus de rouge ?

Au bout de 2 heures, généralement on commence à ne plus tenir en place.
Et de mon coté, cela durera presque 3 heures, et toujours personne. Le peu d'heures de sommeil de la nuit dernière commencent à se faire sentir et je décide presque à contre-coeur de me réorienter vers la gare pour finir les 60 derniers kilomètres en train. Cela me donnera l'occasion d'inaugurer le train belge, même si j'aurais préféré finir en stop. Mais à un moment il faut bien arriver à destination, surtout que j'ai prévu de donner mon sang demain sur Lille.

J'arrive donc à Lille à la gare de Lille-Flandres, il doit être 17h. Je rejoint David vers 19h après avoir erré un peu dans les rues de Lille. Je suis assez curieux de lui demander des infos sur son tour d'Amérique du Sud en vélo couché, cela m'intéresserait de vivre pareil aventure un jour.