Tour d'Europe 2004 (5433 km) acheter le livre

Journée froide et pluvieuse pour arriver en Pologne

Liptovska - Zakopane photos de cette étape

le 14/07/2004

  • nombre de km prévus : 129
  • nombre km effectifs : 126
  • temps prévu : 5h30
  • temps effectif : 5h40
DSC01289DSC01292DSC01296DSC01300DSC01303DSC01311DSC01315DSC01316

Journée froide et pluvieuse pour arriver en Pologne

Carte18.gif 
 

Ce matin nous avons attendu que la pluie cesse pour nous lever. Il fait un temps de chien ce matin, un temps à ne pas mettre un cycliste ni un motard dehors ! En plus de la pluie, il fait froid et il y a du vent : le cocktail idéal pour passer une mauvaise journée ! Je pars donc devant, laissant le soin à Fabien de plier la tente. Je sais qu’il adore ça ! Aujourd’hui donc, nous quittons la Slovaquie. Nous voulons rejoindre Zakopane, au sud de la Pologne. Il y a plein de camping ; il y aura bien une petite place pour nous.

La route s’élève au bout de 15 kilomètres, longeant une petite rivière. Nous nous engouffrons rapidement dans une superbe forêt de conifères, où l’on voit des épicéas et des sapins magnifiques. Il s’agit d’un parc naturel. La route que nous empruntons est mise en rouge sur la carte (nous n’avions pas d’autres choix que de l’emprunter). Malgré tout, nous rencontrons très peu d’automobilistes. Que du bonheur. Nous regrettons juste qu’il ne fasse pas meilleur pour que nous puissions profiter de ces belles montagnes dont on ne voit pas le sommet aujourd’hui !

Nous avons roulé pendant un peu plus de 100 kilomètres avant de trouver la frontière Polonaise. Nous quittons donc la Slovaquie sous la pluie. Mis à part Katarina, Gabriella, Lydia et Lucia, nous n’aurons pas beaucoup vu de soleil slovaque ! Cela nous donne envie de revenir une autre fois, lorsque le climat sera plus favorable aux touristes que nous sommes ! Cette matinée dans la forêt était vraiment splendide. Les Tatras sont une énorme forêt montagneuse, très bien entretenue. Magnifique

Le froid s’est encore plus fait ressentir en Pologne, alors qu’il est 5 heures de l’après midi. Il ne doit pas faire plus de 15°C… Qui nous parlait de canicule pour cet été ?! Fabien est gelé sur la moto. Je lui propose de changer de véhicule, à vélo il ne fait pas froid… Finalement il tiendra bon jusqu’au camping ! Sur la route, le décor change radicalement. Nous retrouvons toujours nos petits tas de foin, mais ils n’ont pas la même forme (plus cylindriques). En revanche, les maisons sont splendides (photo 14). Beaucoup sont en bois, avec des toits pentus. Loin des habitations carrées de Slovaquie, elles ont toutes une morphologie particulière. Cela donne à des petits villages de montagne qui ont beaucoup de charme, qui sont très accueillants.

Nous arrivons à Zakopane à 18h00. Nous avons parcouru 126 kilomètres en 5H40. La moto de Fabien est la vedette de la soirée. Tout le monde se retourne, le montre du doigt… Je le suis de loin et trouve ça vraiment amusant. Son passeport fait beaucoup parler aussi. Un Leszczynski français qui vient visiter la Pologne, on a envie de le naturaliser polonais ! Fabien a un nom très typique (du style Dupont pour nous). D’ailleurs, un roi de Pologne s’appelait Leszczynski ; je ne crois pas qu’on ait eu de roi Dupont…). Alors l’arrière arrière…. arrière petit fils du roi qui vient demander une place dans un camping, et de nationalité française, ça surprend ! Je crois qu’on n’a pas fini d’en entendre parler de ce Leszczynski français ! Enfin, tant que ça ne nous cause pas d’ennuis !

Nous avons traversé cette petite ville. Il s’agit d’une station d’hiver très touristique. Les calèches transportent les touristes, il y en a partout (des calèches et des touristes). Il doit s’agir d’une grosse station. On y trouve de nombreux hôtels et campings, la station semble très bien équipée en remonte pente, tire fesse ou autres « remontes skieurs ». Il y a même quatre tremplins à ski !

Le soir, nous sommes allé nous ravitailler (et nous réchauffer) au restaurant Karczma, où ils font de la « kuchnia regionalna » (entendez par là « cuisine régionale ») (photos 17 à 21). Le décor est vraiment génial, tout en bois clair. Très chaleureux. Les serveuses vous accueillent en costume traditionnel, un groupe de chanteurs vous chantent des airs folkloriques. Nous mangerons sous un air de « bourrée polonaise » ! Ca nous changera de la radio… où ils passent Alisée toutes les demi heures. Ah oui, petite parenthèse là-dessus : c’est dingue comme la mauvaise chanson s’exporte facilement ! C’est le principe des chansons sans texte, qui n’ont pas d’intérêt à être comprises. C’est dingue le nombre de fois que nous avons entendu cette « chanteuse » en Slovaquie. La chanson française se porte mal ! C’est quand même l’image de notre pays qui est véhiculé à travers cette chanteuse. Mais que fait sarko ?! Bref, revenons à notre repas gastronomique ! Les menus étant en polonais, vous comprendrez que ça ne nous sert pas à grand-chose ! Nous avons demandé au serveur, avec notre anglais parfait, s’ils avaient une spécialité. On nous a donc servi un « Placek zbojnicki », qui est un plat fait à base de pommes de terre broyées, de viande en petits morceaux et de fromage. Très bon. Autour de nous, le quatuor s’active, réchauffé par le pivo. Les gens applaudissent, sifflent et dansent au rythme de ces airs folklo. On est dans un autre monde ! Bienvenue en Pologne !! Fabien vient dans le pays de ses racines, qui se trouve être extrêmement chaleureux. Ceci s’explique certainement par les faibles températures (il ne fait pas 15°, mais 10°C !!) ! Amies polonaises qui êtes encore en France : restez-y, il y fait meilleur ! Une petite vodka pour Fabien avant de partir (le serveur voulait lui en servir une pour apéritif… !) et nous quittons ce restaurant avec regrets. Un dernier coup d’œil sur le thermomètre : toujours 10°C… ça se stabilise !

Voilà donc notre journée. Pour résumer, un temps de chien, des Tatras magnifiques, une Pologne froide mais chaleureuse et très mignonne. Demain nous rejoignons Cracovie. On nous a annoncé le même temps. Que du bonheur !

PS : pour l’anecdote, on a connu notre première crevaison aujourd’hui. C’était pour moi ! Fabien est encore épargné. Comme il dit très justement, il vaut mieux que ça arrive sur le vélo que sur la moto.

Depuis le départ, nous avons parcouru 2771 kilomètres, en 114h05 minutes.