VéloçAmérica 2012 (4500 km)

L'Epreuve du Desert

Valle Fertil - San Augustin photos de cette étape

du 01/07/2012 au 02/07/2012

  • nombre de km prévus : 188
  • nombre km effectifs : 190
  • temps prévu : du 1er au 2 juillet
  • temps effectif : du 1er au 2 juillet
DSC_0057DSC_0061DSC_0068DSC_0073DSC_0079DSC_0081

L'Epreuve du Desert

 

Les deux jours suivants, la route se complique. Le desert, toujours aussi aride s’agremente de montagnes et la cote est rude sur l’asphalte qui se transforme en montagne russe. Ajoutez a cela de nouvelles crevaisons, les deux tapis de sol a plat a cause des

epines qui envahissent chaque centimetre carre de terrain et surtout le temps qui, ciel envahi de nuages gris, devient froid et desagreable…

 

Heureusement que les kilometres parcourus (190 sur ces deux jours), et une petite dulce de leche ou rencontre de passage, viennent rechauffer l’atmosphere !

Le moral reste bon lorsque le ventre est plein et les paysages grandioses !

 

Anecdote 3 : Rencontres a moteur

29 juin : Dans la longue ligne droite du désert, nos vélos filent sur l’asphalte. Les camions, dans un vrombissement de moteur, freinent derrière nous, prennent leur élan et nous dépassent. Un de plus arrive ; on l’entend ralentir. Le moteur gronde, le camion déboite. Il passe David, accélère, peine… Et nous regagnons peu à peu du terrain. La course est serrée, le temps semble fige alors que nous luttons côte à côte. Et soudain, vaincu, le semi-remorque abandonne. Nous le dépassons avec un cri de victoire pendant qu’il s’échoue sur le bas-côté. Victoire ! Et de un !

1er juillet : Au détour d’un village, un scooter apparait derrière nous. Il nous dépasse, fait un signe de main et disparait dans le virage suivant. 5 minutes. Dans le rétroviseur, un nouveau scooter apparait. Tiens, il ressemble à celui d’avant… Ah bah oui… Le pilote, surpris par nos vélos, refait un tour pour nous recroiser, téléphone braqué pour prendre une photo. Nous profitons de son passage à notre hauteur pour échanger quelques mots, difficile à déchiffrer entre son écharpe et son casque…

3 juillet : Deux motos surgissent dans le lointain. La première nous dépasse à pleine vitesse. La seconde ralentit. Et derrière nous résonne un « Sympa de croiser des français ! » Quelques mots échangés, le temps d’une petite rencontre cycliste avec ces étrangers de chez nous…

Avis aux prochains !