Nouvelle-Zélande 2005 (2750 km) acheter le livre

Journée tranquille et ensoleillée !

Palmerston North - Wanganui photos de cette étape

le 29/09/2005

  • nombre de km prévus : 74
  • nombre km effectifs : 86
  • temps prévu : 3h45
  • temps effectif : 4h30
DSC05617DSC05619DSC05620DSC05623DSC05627DSC05629DSC05631

Journée tranquille et ensoleillée !

Jour de repos à Palmerston North

Pour cette journée de repos, je me lève à 5 heures du mat pour actualiser le site. Je me suis couché à 8h00 hier soir et j'ai super bien dormi, alors je garde le rythme même pendant les repos. Dehors, il fait un temps de chien. C'est une très bonne chose que j'ai pu venir jusqu'à Palmerston North aujourd'hui. Sans quoi, j'aurai été obligé de pédaler ce matin... Ca fait pas envie !

Une journaliste est venue me voir chez Colins et Christine. Comme tous les journalistes néo-zélandais, elle est très agréable. Nous passerons une demi-heure ensemble. Après cela, nous sommes allés voir un champ d'éoliennes (ou plutôt des collines d'éoliennes) à quelques kilomètres de Palmerston North. Ce sont ces mêmes éoliennes que l'on avait vues avec Caroline quelques jours avant. Pour faciliter le commentaire, je vous aie mis une photo des statistiques de cet endroit où sont plantées 55 éoliennes. Cette fois-ci, par contre, je les trouve très bruyantes, beaucoup plus qu'en Allemagne... Peut-être parce qu'il y a beaucoup plus de vent...! Sur la photo, vous remarquerez Colins à droite et son beau-père à gauche.

Suite à cela, nous sommes rentré après un déjeuner très apprécie (merci Colins !). Je n'étais pas de très bonne compagnie car très très fatigué. Les 1600 kilomètres se font ressentir, à moins qu'il s'agisse du vent ou de la pluie...! Bref, je suis allé me coucher à deux heures, et ait été réveillé à trois heures par mon téléphone. Une petite interview pour une radio locale... La tête dans le pâté, pas évident de sortir un bon anglais ! Mais finalement tout se passe bien, et une fois terminé, je replonge dans mes rêves.

Voilà comment se sera passée cette journée. Je prends toujours beaucoup de plaisir à admirer ces énormes éoliennes de 70 mètres de haut, qui brassent le vent avec force et grâce.

Demain, je retourne sur mon vélo. Il ne doit me rester plus qu'une seule journée de repos avant la fin. Ce sera à Rotorua, si j'y vais... Tout ça pour dire que cette fin de Tour sera intense (comme chaque fois !). Alors je vais me reposer, et vous dit à bientôt !

Julien

PS : vous étiez 137 à vous connecter sur ce site lundi dernier... Record battu ! Allez, un petit effort, parlez-en à vos amis et on peut atteindre les 200 !! Ca ce serait vraiment super !!

 

18eme étape

Après cette bonne journée de repos, j'ai quitté mes hôtes à 8 heures, avec tous mes remerciements. Cette journée de repos en leur compagnie a été excellente. J'ai beaucoup dormi, je me suis beaucoup reposé, et je suis maintenant prêt pour affronter cette fin de Tour.

Le temps est merveilleux ce matin. C'est sous un ciel d'un bleu magnifique que je grimpe au somment du Mont Stewart, une petite côte que j'ai facilement avalée. Les côtes ne me font plus rien maintenant, je me suis bien habitué à mes bagages et à mon vélo. Remarquez, après plus de 1600 Kms, il serait temps ! Je roule sur une de ces fameuses grande route encombrée par les voitures et camions. J'en profite pour prendre une petite photo de ce qui agrémentera encore une fois toute ma journée. Ce n'est pas parce que je ne vous parle plus des déchets au bord de routes qu'ils ne sont pas là. Regardez comme ils sont beaux ! Ceci dit l'échantillon photographique n'est pas représentatif. Il manque le carton d'emballage de packs de bière, et les bouteilles de bière qui l'accompagnent. Pourtant, je vous promets que l'alcool est interdit au volant ici aussi...!

Je fais une petite pause plus loin pour apprécier un lieu historique... Avec 5 panneaux indiquant cette maison, je ne pouvais pas la louper ! Ce lieu, historique donc, date de... 1868 ! Il est largement mieux indiqué que la petite église du 12e siècle que l'on peut trouver dans mon village, mais ça n'y arrive pas à la cheville ! Je ne sais pas du tout ce qu'est cette maison. Peut-être y élevait-on des cures ou des moutons... Bref, tout cela pour dire qu'on ne vient pas en Nouvelle-Zélande pour son histoire !

Les brebis m'ont accompagné tout au long de cette journée, comme d'habitude. Les agneaux ayant survécu à la grosse vague de froid galopent dans ces grandes étendues, me regardent étonnés ou effrayés. J'ai de plus en plus droit à des gestes amicaux de la part des automobilistes ou routiers. Les gestes de la main sont nombreux. La différence avec la France, c'est qu'au bout de ces mains levées, ce n'est pas l'index qu'ils pointent au ciel, mais le pouce ! Petite différence qui compte beaucoup !

J'arrive à Wanganui de très bonne heure. Cela me laisse le temps de réparer une crevaison. Cette fois-ci, ce sera deux petits morceaux de verre que je vais extraire de mon pneu avant. Les chambres à air que j'avais réparées il y a quelques jours laissent apparaître des trous que je n'avais pas vus. Du coup je dois remonter ma roue trois fois avant de pouvoir repartir, une bonne heure après !

Je me suis installé dans un camping au nord est de la ville, le long de la rivière de Whanganui. J'ai alors fait 86 kilomètres et roulé 4h30. C'est un groupe de canards qui m'accueille. Apparemment, ils ont une faim terrible. Désolé, je ne peux rien pour vous. A ce propos, je n'ai plus rien à manger. Je finirai donc ma journée par une petite balade en centre ville pour me ravitailler.

Je vous avais promis une photo montrant ces tanks qui contiennent l'eau de pluie. Je vous en aie donc photographié un beau, très typique. Comme je vous le disais, de nombreux kiwis profitent ainsi de l'eau qui tombe sur leur maison pour alimenter leur robinet. Ainsi, j'ai souvent entendu des kiwis dire :
- Eh, vous avez une grande maison, vous devez vite remplir votre tank avec ça."
- Oui, mais il nous faut bien ça, on a une grande famille.
La taille de la maison est déterminée par la taille de la famille, mais plus pour la surface du toit que pour le nombre de chambres !

Voilà voilà pour aujourd'hui. Demain, je grimpe rejoindre Tina du côte de Pirikiri, puis nous redescendrons ensemble la rivière de Whanganui. Cette rivière est chargée d'histoire et est très touristique. Je vous en reparlerai plus à notre retour ici, à Wanganui. Tout de suite, je vais aller me cuir mes pâtes, puis je mettrai les photos aux alentours de 20h00 (10h00 pour vous). Tout de suite cela m'est impossible.

A très bientôt !
 


 
Commandez le livre relatant cette aventure
dans notre boutique.

Voyage du bout du monde, 2700 kilomètres à vélo pour le don du sang, Julien Leblay, 2006.

Prix public : 14 euros.
couverture_nz.jpg